Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 08/09/2019

LES ÉLÉMENTS NATURELS CONVOQUÉS À SCOPITONE

Prenez rendez-vous avec la nature et laissez vous surprendre par les explorations plastiques, intellectuelles et musicales à l'affiche de Scopitone du 12 au 22 septembre. Performances, expositions et table rondes convoquent les éléments naturels et les phénomènes qu’ils engendrent : de nouvelles interactions entre humain, nature et technologie sont en marche.

LE RYTHME DU VENT


Molecule -22.7°C  [performance / live 360°] => VEN 20 SEPT et SAM 21 SEPT (soirées sur réservation)

Prendre le contre-pied, la décision des esprits artistiques les plus libres. Molecule aime le Nord. Sa dernière aventure en date l’a amené au Groenland. L’album -22,7°C, imprégné de son ressenti personnel autant que des sons glanés pendant cette aventure, entérine la formule immersive, onirique et grandiose de Molecule, qui incite, sans contraindre, à faire fonctionner son imagination à plein. 

Le projet -22.7°C est une extension live de cette épopée, que l’artiste tient à retranscrire sous un grand nombre d’aspects différents. Les images projetées à 360° pendant le live, filmées pendant son voyage au Groenland, ont un incroyable potentiel onirique : couplées au mélange d’electronica et de techno de cet artiste total, on tient là probablement la parfaite machine à frissons.
 

David Bowen - tele-present wind [exposition] => DU 12 AU 22 SEPT (gratuit, en accès libre)

À première vue, l’installation tele-present wind pourrait être interprétée comme une étrangeté végétale composée de 42 branches de plantes séchées, montées sur des tiges métalliques. Cette symphonie ondulatoire est en fait orchestrée par le souffle du vent dont l’intensité est captée via un anémomètre situé au Minnesota. 

Cette miniforêt reconstituée, promesse d’un avenir mécanique quelque peu troublant, se dresse et se balance à l’unisson, donnant un caractère étrange au tableau : celui d’une nature morte pourtant bien vivante. Le son des tiges métalliques en mouvement, telles des feuilles caressées par la brise, renforce un peu plus le caractère organique de l’installation. tele-present wind est en fait une représentation décalée de la dynamique des fluides, le sujet principal étant ici l’observation du mouvement d’une masse gazeuse.  

David Bowen crée des œuvres cinétiques et interactives. Son travail, présenté par de nombreux festivals et institutions culturelles, se situe entre systèmes naturels et mécaniques. Véritable bidouilleur technologique, il mêle dispositifs robotiques, logiciels sur mesure et capteurs pour construire des œuvres imprévisibles et changeantes.

 

L'EAU DANS TOUS SES ÉTATS


Sebastian Wolf & Michael Kugler - Brume [exposition] => DU 12 AU 22 SEPT (gratuit, en accès libre) - Première française

Avec Brume, l'art de la sculpture subit une révolution. La matière – ici, gazeuse –  n'est plus contrainte, mais s'épanouit, pleine, entière et libre de ses mouvements. Dans la lignée des immenses brouillards sculptés de la Japonaise Fujiko Nakaya, Sebastian Wolf et Michael Kugler s’approprient des éléments technologiques (transducteurs à ultrasons, résistances...) pour générer des nuages de vapeur d'eau.

Dans une ambiance pesante la brume apparaît, sublimée par une lumière blanche suggérant d’étranges reliefs. Ce spectacle prend alors des airs mystérieux : un paysage aride se dessine, puis se disperse pour finalement refaire surface quelques instants plus tard. La saturation de l’air finit par contaminer l’esprit, enivré par cette sculpture éphémère.

Artiste et designer allemand, Sebastian Wolf s'intéresse aux phénomènes naturels en créant des installations interactives et des expériences sensorielles. Michael Kugler est un artiste numérique et cinéaste américain dont la pratique se situe à la croisée de l’art et de la science. Leur collaboration donne ici naissance à une œuvre poétique et épurée.
 


Onformative - Meandering River [exposition] => DU 12 AU 22 SEPT (gratuit, en accès libre) - Première française

Meandering River est une installation explorant le comportement des rivières – la façon dont l’eau coule et se déplace – et ses effets de transformation sur la Terre. Un paysage vu du ciel, à la beauté abstraite et colorée, est ici présenté sur six écrans verticaux. Des recherches sur l'érosion et sur la formation des sols ont permis aux artistes de mettre au point un algorithme qui génère en temps réel une rivière infinie, véritable fil d’Ariane narratif. La rivière modifie l’environnement qui l’entoure, créant des cicatrices géologiques, des lacs arc-en-ciel et une flore en profusion. Le design sonore de l’installation, composé intégralement par une I.A., intensifie l’émotion ressentie.

Onformative est un studio pluridisciplinaire berlinois. Fondé en 2010 par Julia Laub et Cedric Kiefer, le collectif intègre de nouveaux créateurs pour nourrir sa pratique collaborative. Dans chaque projet, Onformative observe les interactions entre les êtres humains et leur environnement, et crée des interfaces interactives. En 2019, Meandering River a été présentée au festival Google I/O et à l'Art Center de Shanghai.
 


Maxime Dangles - Sonars [performance] => SAM 21 SEPT (soirée sur réservation)

Avec Sonars, Maxime Dangles propose une performance en forme de cartographie sonore de la vie organique sous-marine. Cette création, accompagnée par le laboratoire océanographique de Brest et la Société des Arts Technologiques de Montréal, est le fruit d’un travail pluridisciplinaire mené conjointement avec Vincent Malassi (photographe, compositeur et artiste sonore) et François Joncour (compositeur). À partir d’enregistrements sous-marins réalisés in situ, Sonars développe un paysage de sons électroniques qui s’envisage comme l’écho poétique et artistique d’un écosystème mystérieux : celui du fond des océans et de sa vie organique.

Maxime Dangles (DNGLS) est un producteur de musique électronique français. Passionné par le synthétiseur modulaire, il collabore avec des labels comme Kompakt (Cologne), Scandium Records ou Skryptöm. En 2015, il publie l’album Resilience, suivi l’année suivante de Lukarne, sous l’alias DNGLS. Il s’est aussi illustré en live au sein du trio de choc Mod3rn.

 

DOMPTER LA FUMÉE


Guillaume Cousin - Le silence des particules [exposition] => DU 12 AU 22 SEPT (gratuit, en accès libre)

Guillaume Cousin se décrit comme un « expérimentateur-constructeur ». Scénographe et éclairagiste dans le spectacle vivant, il explore l’écriture de l’espace et du temps. L’air, l’eau, la lumière sont ses matériaux de prédilection. Il explore les limites de nos perceptions à travers des installations sensorielles. Sa démarche low-tech et post-numérique permet de restituer avec succès la magie des phénomènes naturels et l’étonnement qu’ils suscitent.

Guillaume Cousin est l’inventeur d’une sorte de gigantesque machine-canon composée de bois et d’acier. Celle-ci projette cycliquement de grands cercles de fumée se déplaçant lentement à la lueur d’une lumière chaude, et étirant une légère traînée à chaque passage. Des volutes aux allures spectrales se dessinent alors sous les yeux des spectateurs. Les créations éphémères finissent inévitablement par se rompre avant de se dissiper intégralement. Ce vortex vivant, sa matière et ses mouvements, évoquent de majestueuses méduses issues des abysses... un monde silencieux, invisible et pourtant à portée de main.

 

UNE TERRE VIVANTE ET INQUIÉTANTE


Kris Verdonck - MASS II [exposition] => DU 12 AU 22 SEPT (gratuit, en accès libre) - Première française

Mass II illustre le potentiel onirique de notre monde à travers un étrange paysage constitué de milliers de microbilles grises, recouvertes d’une fine couche de graphite. Symbole d’un état originel – celui du début des temps –, la matière forme un immense tapis. Ici la destruction flirte en permanence avec la création : telles deux plaques tectoniques en friction, les deux parties du tapis dessinent de nouvelles formes en même temps qu’elles font disparaître les anciennes. Des montagnes et des vallées surgissent alors fugacement sous les yeux du spectateur enclin à méditer sur la beauté des phénomènes naturels. Grâce à une échelle-temps accélérée, Mass II propose une vision inédite des métamorphoses de la vie sur Terre. De manière inquiétante, l’installation fait également écho à l’impact écologique des activités humaines, dont les conséquences seront – à la lecture de l’œuvre – inévitables et destructrices.

Le travail de Kris Verdonck, artiste plasticien et metteur en scène belge, met en relation l’humain et l’objet, l’être vivant et la matière. Mass II est une réinterprétation d’une œuvre conçue pour Actor #1, performance chorégraphique qui parle de ce qui a été, de ce qui est, et de ce qui pourrait être créé. Trois variations sur le passage du chaos à l'ordre.

 

 

Pierce Warnecke & Clément Édouard - Sédiments [performance] => VEN 20 SEPT (soirée sur réservation) - Première mondiale

Sédiments est une performance qui se propose de transformer la matière minérale en outil scénographique. En mêlant un travail sur l’image et une exploration de la physique du son (ondes et vibrations), Pierce Warnecke et Clément Édouard créent une « chorégraphie de corps multiples » dans laquelle les corps des interprètes, les corps géologiques et le corps du public résonnent aux échelles macro- et microscopique. En explorant les strates du minéral, comme autant de dimensions de notre univers, Sédiments porte également un regard conscient sur le monde invisible qui nous entoure et sa temporalité si particulière. L’œuvre est une lecture sensible des pierres, matériau vaste et mystérieux qui dévoile un monde insoupçonné, en apparence inerte mais bien vivant. Celui de la roche, du sol et de la terre.

Pierce Warnecke est professeur en master à Berklee, Valence (Espagne). Né en Californie, il vit entre les États-Unis et l’Espagne. Il développe de nombreuses installations et performances audiovisuelles numériques ou analogiques, expérimentales, qui explorent les notions de macro- et microréalités, ainsi que les phénomènes d’altération de la perception.

Clément Édouard est membre du collectif Coax. Musicien (saxophone, instruments électroniques, field recording, synthèse numérique, sample), improvisateur et compositeur. Son travail se concentre sur la nature du son, son champ vibratoire et sa perception, son rapport à l’espace et aux matériaux, pour en proposer différentes écoutes.
 


Ryoichi Kurokawa - subassemblies [performance] => VEN 13 SEPT (gratuit, en accès libre) - Première mondiale

Avec subassemblies, Ryoichi Kurokawa offre une performance hybride, qui peut s’envisager à la fois comme un concert et comme une installation. Elle s’inscrit dans la continuité des travaux de l’artiste, qui scrute attentivement notre relation à la nature et à notre environnement. Kurokawa est aussi un fin observateur de notre rapport à la technologie. Dans subassemblies, les traces et vestiges laissés par l’humanité (bâtiments anciens, structures à l’abandon...) se mêlent à la nature environnante et illustrent son pouvoir de résilience, tout en créant une forme nouvelle, mélange de vitalité organique et de rationalisme humain. Une voie inédite s’offre alors à nous et l’œuvre peut se lire comme un espace d’expérimentation de la relation humain-nature.

 

POUR ALLER PLUS LOIN : LES RENDEZ-VOUS DU LABO 

Table ronde "Approche écoconsciente de l'art numérique" => VEN 13 SEPT (gratuit, en accès libre)
Aujourd’hui, toute une génération d’artistes formés à l’usage de nouvelles technologies énergivores et polluantes se trouve confrontée aux enjeux d’importance que sont le respect de l’environnement et l’engagement dans une transition écologique active. Passage en revue des approches alternatives.

Conférence "Alternatives interactions" => VEN 13 SEPT (gratuit, en accès libre)
À travers le regard de deux artistes programmés sur le festival, cette conférence en deux temps propose une exploration de la notion d’« interactions alternatives », c'est-à-dire la manière d'imaginer des formes d'interaction différentes entre la technologie et la nature, ou la technologie et les humains.