Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 05/12/2018

Retour sur la résidence de Guillaume Marmin

Guillaume Marmin, artiste plasticien et Nantais depuis deux ans, conçoit des installations immersives mettant en jeu lumière, son et espace. Habitué de Stereolux, il a présenté Raster puis Licht mehr licht à Scopitone, Hara puis Pythie à Motion Motion et Walter Dean à Électrons Libres. En résidence une semaine dans les murs, il nous en dit un peu plus sur la naissance de sa nouvelle création.

Pouvez-vous nous parler de cette nouvelle création sur laquelle vous travaillez, en quelques mots

Je travaille sur une nouvelle installation qui verra le jour l’année prochaine. Nous en sommes au début du projet et je fais des recherches à la fois techniques et conceptuelles. 

Quels sont les objectifs et les différents axes / temps de travail de cette résidence ? 

Sur le plan technique, il s'agit des tester différents supports de projection vidéo semi translucides ainsi que des films qui permettent de filtrer plus ou moins la lumière.  Je teste également différents matériaux visuels sur le dispositif qui serviront à l'écriture de la future création. 
 
 

Que venez-vous chercher à Stereolux ? (lieu de travail, matériel, temps de travail, phase d’expérimentation, emplacement géographique, partenaires potentiels, accompagnement, retours public…)

Cela fait plusieurs fois que Stereolux m'accueille dans des labos. C'est une grande chance d'avoir un lieu qui met à disposition ses ressources sur des temps d'expérimentation qui n'ont pas pour finalité une présentation publique. L'avis des équipes techniques et des programmateurs est toujours utile pour guider les choix en vue d'une future exposition. 

Quelle est la prochaine étape pour vous ?

J'ai pu explorer une partie du champ des possibles et il va falloir faire des choix maintenant, resserrer le propos autour d'un concept radical. Cela peut prendre plusieurs mois, comme se dessiner en quelques minutes.