Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 19/04/2018

Motion Motion : Guillaume Marmin, Marion Jdanoff et Damien Tran en résidence pour "Pythie"

Le festival Motion Motion entièrement dédié au motion design approche à grand pas, et ça s'active à Stereolux ! A l'occasion de la résidence de Guillaume Marmin, Marion Jdanoff et Damien Tran, on vous dévoile les prémices de leur collaboration et un premier aperçu de leur création Pythie.
 

Quel est l’objet de cette résidence de deux jours à Stereolux  ?

Guillaume : On prépare un projet en collaboration pour le Festival Motion Motion. Ces deux jours de résidence sont pour nous un temps de tests sur différents supports. On reprend les impressions et les dessins de Marion et de Damien, et on essaie différents types de projection dessus. Cela nous permet de préparer une autre semaine de résidence, juste avant Motion Motion, pour finaliser le projet. 
 

C’est la première fois que vous travaillez ensemble tous les trois ?

Damien :  Non pas vraiment, Marion et moi on a l’habitude de travailler ensemble. Guillaume et Marion ont aussi déjà fait différentes installations ensemble. On avait envie de continuer sur cette lancée et de collaborer tous les trois autour d'un projet inédit, spécialement créé pour le festival Motion Motion.
 

 
Damien Tan, Guillaume Marmin, Marion Jdanoff

 

Parlez-nous un peu plus de l'histoire de cette création. Pourquoi « Pythie » ?

Marion : Pythie est une figure qui rend des oracles dans une sorte de transe procurée par des émanations toxiques, directement liées à une faille géologique sur le Temple de Delphes. Dans ce scénario il y a un côté psychédélique qui permet de lier les travaux de chacun, tant sur le plan esthétique que sonore, et c’est ce qui était assez intéressant dans cette collaboration.

Guillaume : Pythie est une sorte de synopsis, de trame de départ pour notre scénario. On avait envie d’un fil conducteur et nous nous sommes mis d’accord sur un mélange entre bande son, réalisée par Pierre-Antoine Parois, batteur de Papier Tigre, ainsi qu’un semblant de narration avec la Pythie.

 


Guillaume, tu as l’habitude de faire des œuvres immersives, cette installation a-t-elle la même vocation à embarquer le public au centre de l'oeuvre ? 

Guillaume : On ne se pose encore cette question, mais je ne tiens pas à faire quelque chose qui soit forcément en lien avec mon travail habituel.  Je souhaite chercher autre chose en travaillant sur un projet collaboratif comme celui-ci. 

Marion : On pense plutôt à une pièce que l’on regarde, sans être immersive, dans le sens où le spectateur ne déambulera pas dans la pièce ou à travers l’œuvre. Le tableau prendra vie mais on n’y prendra pas part du fait de la fragilité des matériaux utilisés. ​Nous n’allons travailler que sur des plans en 2D. Mais tout peut encore changer d’ici à Motion Motion ! 

Est ce que vous avez des projets pour continuer de faire vivre cette installation après Motion Motion ?

Guillaume : On serait très contents qu’elle continue à vivre après mais aboutir à quelque chose de présentable en peu de temps est déjà un enjeu en soi. On attend de la présenter au public pour ensuite penser à un avenir...

Evénement