Logo Stereolux
Musique Publié le 10/12/2019

J'ai testé : Le beau label I Tricatel

Mercredi 4 décembre, le label Tricatel investit la salle Micro de Stereolux avec deux de ses artistes : Alice Lewis et le collectif Catastrophe. Une soirée qui promet d’être rythmée et riche en découvertes musicales. C’est parti ! 

20h30, la salle se remplit petit à petit pour laisser entrer sur scène Alice Lewis, chanteuse à la voix envoutante. Accompagnée de son guitariste, l’artiste est mise en lumière et nous livre une interprétation toute en douceur de son dernier album  L’imposture. Les rythmes pop contemporains et l’influence des années 80 sont la marque de fabrique de ses chansons. A noter une magnifique interprétation du poème de Ronsard, Ô ma douce moitié, qui met en valeur la voix d’Alice Lewis et enchante le public par ces mélodies. Une belle découverte pour moi qui ne connaissait pas l’univers de cette chanteuse. 

Catastrophe, second et dernier groupe à monter sur scène et pas des moindres, nous annonce dès le départ « un moment unique » pour leur dernier concert de l’année 2019. Habillés de tenues colorées, les six membres du groupe ne passent pas inaperçus et ne laissent pas planer le doute concernant leur dynamisme et leur univers bien à eux.  Pierre, Blandine, Arthur, Bastien, Pablo et Carol mettent le feu sur scène avec des chorégraphies endiablées, des chansons tantôt sur le ton du lyrique, du rap ou de la pop. Un mélange des genres savamment orchestré. Le spectacle investit le public. Tout change à chaque instant et c’est ce qui fait le charme de ce collectif. Point culminant de leur prestation, la reprise de Bronski Beat avec Smalltown boy tout simplement magnifique et qui nous transporte dans leur univers décalé. Leur énergie est communicative, ils nous transmettent leur envie de danser et de laisser le ridicule de côté pour être soi-même. De Maintenant ou jamais à Party in my pussy en passant par Be Bop Record, la joie et l’humour de ces chansons opèrent. 

Une soirée qui commence en douceur pour finir sur une note enthousiasmante et énergique. 

Par Justine Bomard