Logo Stereolux
Musique Publié le 14/03/2019

Live à Fip - les artistes féminines à l'antenne

À l'occasion du Printemps des Fameuses, Stereolux invite le Live à Fip pour une soirée exceptionnelle à la programmation 100% féminine. Nous en avons profité pour échanger avec l'un des programmateurs de Fip, Luc Frelon, à propos de la scène musicale féminine et sa représentation à la radio. 

 

De quelle manière vous êtes-vous emparés de la représentation des artistes féminines sur Fip et tendez-vous vers la parité homme-femme ? Est-ce un enjeu assez récent ?

J'ai l'impression que c'est quelque chose qui est toujours allé de soi... En tout cas depuis 15 ans que je suis programmateur musicale sur FIP. Dès mes premiers programmes on m'a demandé d'équilibrer les voix féminines et masculines, mais pour moi c'était déjà quelque chose d'évident. J'ai toujours écouté des artistes, des groupes féminins, masculins, mixtes sans jamais me dire « Ho, attention, je viens d'écouter L7, the Kills, Joplin et Joan As Police Woman, il serait temps que j'écoute un peu Pearl Jam, Cypress Hill ou les Ramones pour rééquilibrer tout ça », ou l'inverse... Pour FIP comme pour moi, ce n'est donc pas un « enjeu récent ». Et plus que de parité, en matière de musique, je parlerais d'équilibre. Je ne joue pas un disque chanté par une femme (ou un homme) juste pour faire le nombre. Je joue le disque, parce que je le trouve bon.

 

Observez-vous une évolution de la scène féminine depuis ces dernières années et comme la voyez-vous en 2019 ?

En fait, je ne raisonne pas en termes de " scène féminine " ou " scène masculine ". Je raisonne plus en termes de scènes rap, rock, electro, folk, afro, metal, etc... Par genres musicaux ! Prenons Grey Area, le nouvel album de Little Simz. Pour moi ce n'est pas un super disque de "Rappeuse" ou un super disque de "Rap par une femme", c'est un fantastique disque de rap, point !
Ce qui a le plus évolué ces dernières années, c'est qu'une femme est jugée sur sa musique, pour sa musique, les chanteuses n'ont plus à se mettre en maillots pour promouvoir leur son. Cette l'évolution à mon sens ne date pas de ces dernières années, mais plutôt des années 90, avec des artistes féminines ou des groupes menés par des femmes comme Garbage, No doubt, Missy Elliott, Hole, Portishead, Mary J Blige, Skunk Anansie, Alanis Morissette... C'est là, à mon sens, qu’on s'est mis ou remis à écouter de la musique sans même se poser la question de savoir si c'est un homme ou une femme qui chante, joue de la guitare, ou de la batterie.

La place des artistes femmes en 2019 ? Elle me semble considérable, il suffit de regarder de qui les médias ont parlé après les Victoires de la musique par exemple, et dans tous les genres musicaux, avec des figures extrêmement fortes, des femmes d'une diversité folle qui sortent des disques incroyables, Oumou Sangare, Clara Luciani, Joan As Police Woman, Angèle, Little Simz, Ibeyi, Savages, Jeanne Added, Warpaint, Aloïse Sauvage, Sandra Nkake... et je pourrais continuer longtemps comme ça.

En 2019, les artistes féminines sortent des disques fous et se portent bien.

 

 

Pouvez-vous nous donner le ton de la soirée Live à Fip du 20 mars à Stereolux et nous dire quelques mots sur cette programmation ?

Cette soirée est placée sous le signe de la Femme, Printemps des Fameuses oblige. On va écouter trois découvertes FIP, trois chanteuses très différentes les unes des autres : 
Pumpkin, du rap très 90's (dans les prods de Vin’s da Cuero) des textes impeccables, son album Astronautes tourne énormément sur FIP, une artiste qu'on suit depuis son premier EP (elle était passée par DITES 33 sur FIP en 2014/2015). 

Auren vient de sortir un album de chanson entre folk et rock poussiéreux, produit par Calexico… Un disque, qui a totalement charmé l’équipe de programmateurs et est devenu une Sélection FIP

Michelle David & The Gospel Sessions, on l’a découverte en live l’automne dernier, et on s’est pris une claque… Une grosse claque… Le disque s’est lui aussi retrouvé en sélection, un mélange dingue de blues, soul, funk & rock n’ roll
 

 

Et pour finir, quelles sont vos dernières découvertes musicales féminines ?

Des découvertes, j’ai la chance et le plaisir d’en faire tout le temps, je vais donc essayer de vous donner quelques noms, mais vous me reposeriez la question demain, je vous en donnerais surement d’autres !
Plus que de découvertes, je parlerai de vrai coup de cœur, j’adore les derniers album de Sharon Van Etten Remind me tomorrow, le dernier Little Smiz Grey Area, le dernier Mercury Rev en hommage à Bobbie Gentry avec une dizaine de chanteuses incroyables… J’aime aussi Beaucoup Hallo Maud, j’aime le Clara Luciani dont je ne me lasse pas, ce qui est assez rare pour de la « chanson ».