Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 06/12/2018

J’AI TESTÉ : L’EXPOSITION DE CINZIA CAMPOLESE

À travers deux installations, l’artiste Cinzia Campolese nous transporte dans sa lumière. Océane Bidault, adhérente à The Crew, a testé l’exposition et nous raconte son expérience...

© Photos David Gallard

Deux installations, deux pièces, plongées dans le noir. La lumière jaillit, se tourne, ricoche sur nous, balaye la salle, se reflète dans nos yeux. Le son, mystérieux, remplit l’espace et accompagne la danse des jeux de lumières. Avec Broken Panorama, puis Lost intersections, l’artiste italienne / néo-québécoise cherche à jouer avec notre perception de l’espace, nous dit-on. Et ça marche ! Qu’il s’agisse de notre espace physique ou de notre espace temporel, on se perd facilement dans la contemplation, plongé ainsi dans le son et dans le noir. On se surprend même à vouloir toucher la lumière, à entrer dedans, à chercher à sentir du bout des doigts cette matière.


Le procédé est le même dans les deux salles : un vidéoprojecteur associé à un miroir. Ce sont aussi les mêmes motifs qui sont projetés en simultané. Et pourtant, l’environnement créé est complètement différent, suivant le point de vue observé. Le son, qui plus est, est intimement lié au rythme aléatoire des formes lumineuses projetées. Et ce qui est fascinant, c’est qu’on ne se préoccupe plus vraiment de l’image projetée, comme c’est l’usage, mais plutôt du faisceau lumineux issu du vidéoprojecteur, qui, espiègle, se reflète partout dans la salle.

Cinzia Campolese nous propose, en fin de compte, un bel exemple de détournement de l’utilisation classique de vidéoprojecteurs. Et ça fait du bien. « Objets audiovisuels », « sculptures lumineuses dynamiques », « art optique hypnotique », « installations immersives numériques », tout ça, tout ça, oui… mais c’est surtout une vraie bouffée d’air frais dans le grand monde des arts numériques.

Par Océane Bidault

Exposition jusqu’au 16 décembre, du mardi au dimanche de 14h à 18h30, Stereolux / Plateforme Intermedia (gratuit en entrée libre)