Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 12/11/2019

SONARS : l'écologie en mode Art / Science

Bâti en coproduction avec Stereolux, SONARS est un projet pluridisciplinaire qui transfigure le "bruit de fond" du milieu sous-marin et les paysages des étendues polaires. C'est une série de résidences de création, de concerts et d'expositions qui réunit des scientifiques et musiciens, des photographes et plasticiens, des lieux et partenaires institutionnels. C'est une expérience dont de premiers échos se sont faits entendre lors de l’édition 2019 de Scopitone : à partir des sons enregistrés par les chercheurs, Maxime Dangles y a réalisé une performance sonore spatialisée via un système de diffusion en 12 points.

À l'origine de cette aventure, des missions scientifiques d'exploration sur l'écologie des grands fonds menées par le laboratoire BeBEST. Dirigée par Laurent Chavaud, cette structure pilote le versant scientifique du projet qui implique aussi le laboratoire LEMAR (CNRS, Ifremer, IRD, UBO) et l’Ismer (UQAR) en collaboration avec le Museum national d’Histoire naturelle. Aux yeux des scientifiques, les émotions ressenties sur le terrain ne sont pas traduisibles dans leurs études ; un rapprochement avec des artistes permet ainsi de les partager avec un plus large public.

Des échanges avec les musiciens Maxime Dangles (DNGLS), François Joncour (Poing) et Vincent Malassis débutent alors. C'est la première étape du projet SONARS. La Carène, Salle des Musiques Actuelles de Brest, coordonne le volet artistique et accueille des résidences en 2018. Une exposition, Arctic Blues, est proposée aux Capucins à Brest en 2019 avec une mise en son. Les créations sonores prennent ensuite une dimension immersive et se retrouvent diffusées dans le cadre de festivals (Astropolis, Electr()cution, Micromusic). Comme le souligne Gwenn Potard, directeur de La Carène : 

« le travail de spatialisation sonore porté par Maxime Dangles a très simplement trouvé sa place en phase intermédiaire de création à Scopitone, et les créations futures devraient aussi trouver leur place dans les projets de Stereolux. »

 

Les partenariats permettent d'élargir encore le projet en proposant vidéos, éditions, performances audiovisuelles et lives immersifs dans un dôme à 360° conçu sur le modèle de celui de la Société des Arts Technologiques de Montréal. « Stereolux est le partenaire naturel pour cette démarche, l’un des rares lieux musicaux d’envergure à aller sur ces terrains, et a largement contribué à créer l’axe de travail artistique entre France et Québec, en sollicitant la SAT à nos côtés » précise Gwenn Potard.

 

 

Dans ce projet, la science n'est pas subordonnée à la création artistique. Il y a une véritable synergie entre artistes et scientifiques. Comme l'indique Gwenn Potard « les artistes ont passé du temps dans les labos, à la rencontre de chacun, pour comprendre le domaine de recherche, les enjeux, le quotidien… et nous convions les chercheurs à toutes les phases de restitution, même intermédiaires. »

Cette médiation artistique permet de sensibiliser un large public aux problèmes écologiques. En particulier, la question de la pollution sonore. Avec son installation Noisy World, présentée à la Passerelle, Centre d’art contemporain de Brest, Vincent Malassis, l’un des trois musiciens associés au projet, montre que le monde sous-marin n'est pas celui du silence… SONARS est également tourné vers le milieu scolaire et universitaire : rencontres et workshop à l'Université de Bretagne Occidentale, interventions au Forum des Nouvelles Initiatives en Médiation Scientifique avec le CNRS à Grenoble, ateliers itinérants (Cool Bus).

SONARS est une histoire artistique et scientifique dont les chapitres sont encore en cours d'écriture. Pour Gwenn Potard « il s’agit désormais d’envisager la suite, pour que les artistes associés puissent aller sur le terrain, découvrir les lieux de recherche en Arctique ou Antarctique, et passer à une deuxième phase de création ».

 

Écrit par Laurent Diouf