Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 12/12/2018

Retour sur la résidence de Bryan Campbell

D'origine américaine, Bryan Campbell vit et travaille en France. Danseur et chorégraphe de formation, il s'intéresse à une multiplicité de formes, notamment textuelles et graphiques. Son travail se situe le plus souvent aux croisements de la culture et de l'esthetique avec le social et le politique. 


Pouvez-vous nous parler de cette nouvelle création sur laquelle vous travaillez, en quelques mots ?

Cette création, SQUARE DANCE, est une aventure assez nouvelle, ou renouvelée, dans le sens où je m'intéresse pour la première fois depuis mes jeunes années de formation, au vocabulaire dansé. Je m’appuie sur la "square dance" américaine, une danse folklorique basée sur un système de formations et de dissolutions de groupes de danseurs. À travers des déplacements au cœur d’une géométrie linéaire, ces danseurs expriment les valeurs de leur société : vénération des couples, étiquettes, cordialité conviviale. J'extrais de ce phénomène une réflexion sur les danses sociales, comme une cartographie des relations au sein des communautés qui les pratiquent.
 

Quels sont les objectifs et les différents axes / temps de travail de cette résidence ? 

Les résidences à Stereolux sont dédiées à la recherche sur des éléments vidéos qui encadreront l'action dansée. En partant d'un dispositif de karaoké, d'autres séquences ramènent une multiplicité d'images, un peu comme un mélange entre un tumblr et un rébus. Rythmées sur des musiques pop, je conçois ces vidéos comme une manière d'étendre le jeu des danseurs dans des espaces et des imaginaires plus larges, et de relever la puissance des chansons qui évoquent des sensations corporelles.
 


 

Que venez-vous chercher à Stereolux ? 

En terme matériel, un poste de montage à Stereolux fait plus l'affaire que mon petit MacBook Pro à la maison, de loin. Il s'avère assez utile d'avoir une salle assez grande à disposition pour experimenter des projections vidéo à grande échelle. Cela permet aussi de pouvoir bouger, se déplacer, quand les réfléxions sur la partie vidéo m'amènent à fantasmer la dramaturgie dansée. De plus, Stereolux offre l'occasion de travailler à Nantes, ville où j'ai beaucoup dansé et lieu d'implantation de Météores, la plateforme chorégraphique qui héberge mes projets depuis 2016. Cela permet de continuer à developper des liens avec les artistes et institutions nantais.e.s. 

Quelle est la prochaine étape pour vous ?

Je continue à travailler sur ces vidéos (avec moins de puissance informatique) de chez moi en parallèle des réfléxions sur les autres éléments constituant la pièce. Je retrouve les danseurs en janvier et l'équipe technique en février, après quoi je reviens à Stereolux avec Timo Hateau, vidéaste et consultant vidéo pour SQUARE DANCE, pour finaliser cet aspect du travail. La création de la pièce aura lieu le 3 avril à Bruxelles. Après, le monde. :)