Logo Stereolux
Terminé

MER. 18 avr. 20H30

Concert

Le beau Label : Howlin Banana

Kaviar Special - Volage - TH da Freak

STEREOLUX Salle Micro Organisateur : Stereolux Garage psyché Le Beau Label
7€
11.60€
Tarif sur place 12.00€

le mot du programmateur

Spécialiste du garage français dans toute sa diversité, le tout dans un esprit farouchement DIY et indépendant, le label parisien nous présentera trois de ses dernières sorties : les Bretons de Kaviar Special, maintenant tête de liste de la scène garage-psyché, les Tourangeaux de Volage et leur fuzz-pop 60’s et les slackers bordelais de TH da Freak et leur indie rock lo-fi. La grosse banane, quoi !

Howlin' Banana

C'est entendu, la musique est essentiellement affaire de passion. Avoir de bonnes pompes peut aussi servir, quand on arpente les rues de Paris pour faire la tournée des disquaires et leur proposer la fine fleur de la nouvelle scène garage française (ou de ce qu'il est convenu d'appeler ainsi, tant le terme, devenu un lieu commun, regroupe d'aspects différents). C'est comme ça qu'a débuté, il y a une poignée d'années de cela, Tom Picton, seul maître à bord du label à la banane hurlante, héraut du fuzz et dénicheur infatigable de tout ce que la France compte de groupes adeptes de garage-surf-psyché-et-on-en-passe. La banane, un fruit à manger par les deux bouts.

   

Kaviar Special (Fr)

Leurs deux premiers albums avaient tout de brûlots réalisés, comme il se doit, dans l'urgence, la dèche et la bonne humeur potache. Nouvelles ambitions, nouvelle dimension et grand saut dans le Vortex : le troisième album des Rennais, pour lequel ils ont apporté une attention particulière à la matière sonore (avoir du temps, ça change beaucoup de choses) et exploité à fond leur potentiel musical, les pose indubitablement en fer de lance de la scène garage-psyché, avec des compos tendues comme des strings, aux accents heavy et même pop parfois – en dignes émules de Segall et de Dwyer qu'ils sont – et une subtilité nouvelle. Celle qui distingue les œufs de lump de ceux d'esturgeon.

Volage (Fr)

Il y a loin du groupe de branleurs qui font du garage pour déconner (ce qui, en soi, est déjà un cliché) à une formation comme Volage, adoratrice du fuzz mais qui sait également manier, au même titre que le garage, la pop, voire la folk (le groupe n'hésite pas à réarranger ses précédentes réalisations, comme sur l'acoustique Coffee Dreamer), avec un égal bonheur. Amis de longue date, les quatre Tourangeaux semblent fuir le ronron musical et préfèrent expérimenter, réagencer, tenter, sans jamais rien perdre de leur fraîcheur, ni de leur humilité. Un premier album, Heart Healing, parsemé de références 60s, leur avait valu de figurer en bonne place sur la scène rock indé ; le lancinant, cool et électrique Spleen (sur lequel apparaît l'Australien touche-à-tout Nathan Roche) continue de défricher et de surprendre – comme la marque de fabrique d'une formation volontiers volage, certes, mais jamais inconstante.

TH da Freak (Fr)

Le monde se divise en deux catégories : les gens qui se coiffent, et les autres. Thoineau Palis, né à l'époque où déferlait le grunge qui, manifestement, l'a beaucoup marqué et influencé, a depuis longtemps choisi son camp – d'où, sans doute, cette étiquette de slacker dont on l'a affublé, et qui lui va, force est de le reconnaître, comme une moufle. Fort de cette réputation, qu'il partage avec ses potes de Flippin' Freaks, activistes des soirées bordelaises, et en bon branleur taré de musique qu'il est, TH da Freak compose et enregistre un premier album (dans sa chambre, on l'aura deviné), bientôt repéré et encensé – et d'aucuns d'en faire le dernier rejeton en date d'un courant qui, de Pavement et Beck à Mac DeMarco, conçoit son indie-rock en mode lo-fi et expé tout à la fois, avec des compos bricolées qui, apparemment bringuebalantes, séduisent instantanément. Plus on est de branleurs, plus on se marre : Thoineau sort donc, en ce début d'année, un nouvel album, The Hood, avec ses copains slackers – échevelés, comme il se doit.