Logo Stereolux
mer. 27 avril 2022 20H30

Hubert Lenoir + Nerlov

Terminé
STEREOLUX Salle Micro Placement libre Debout
Organisateur : Stereolux

Avant votre venue, consultez nos conditions d’accueil :

VOUS ACCUEILLIR DANS LE CONTEXTE COVID-19

 

À même pas trente ans, le Québécois sans complexe, est tout entier tourné vers la performance artistique, subversive et obsessive. Sur ce deuxième album, il ancre sa musique dans une démarche documentaire, sans abandonner le côté pop. Libre et différent.

 

Hubert Lenoir (CA)

Que fait un·e artiste sinon se raconter soi-même ? L'on pourrait citer Rembrandt et les cinquante et quelque autoportraits qu'il réalisa, l'autofiction si chère à la littérature contemporaine, Les Confessions de Rousseau, et tant d'autres... Et comment mieux se raconter qu'en se mettant en scène ? – là aussi, les exemples sont légion, de Dalí à Bowie et Prince, le geste prenant alors le pas sur l'intention. Une logique que le jeune Québécois, aidé en cela par une excentricité exponentielle (et grâce à cette caisse de résonance infiniment amplifiée que sont les réseaux sociaux), s'empresse de poursuivre : cultivant, avec l'aisance décomplexée propre à sa génération et une provocante pudeur, une image toujours mouvante, entre extraversion et coming of age ; ne se souciant pas des genres, mêlant chanson et pop, jazz et glam, ballades intimistes et défouloirs groovy ; tout spontanément occupé, immergé dans une perpétuelle invention de soi.

Nerlov (Fr) :

Nerlov, en Nostradamus moderne se méfiant de la poésie métaphorique et imagée, continue sur son second EP de traiter son adversité intérieure en puisant dans ses influences où se côtoient Thom Yorke, James Blake, Muddy Monk, Flavien Berger ou encore Bertrand Belin, et de manière toujours aussi frontale nous fait ouvrir les yeux. Il met en lumière des évidences avec cette touche de provocation, si caractéristique des sensibles : « Évidemment qu’ils sont violents (ndlr : les CRS), sinon ils seraient fleuristes ou profs de danse. Ouais profs de danse »… Tout est dit. Un spleen affirmé de sentiments sombres sur une mélodie enjouée, comme pour mieux faire passer la pilule de la mélancolie.