Logo Stereolux

VEN. 18 oct. 20H30

Concert

Von pariahs • Miët (Release Party) + 1ere partie

Stereolux Salle micro Organisateur : Stereolux Placement libre debout/assis non garanti
11.60€
7€
Tarif sur place 12€

Une soirée pour fêter l’indé-rock nantais. Après 3 ans de silence, les Von Pariahs viendront célébrer leur troisième album ou leur post-cold-rock est toujours aussi racé et puissant, et la jeune nantaise Miët baptisera un premier album où seule, armée de sa basse et de ses échantillonneurs, elle magnifie une noise tendue et fracturée. Support your local bands !

Von Pariahs (Nantes)

Hidden Tensions, le premier album du sextet nantais, avait posé les jalons d'une ligne artistique sans concessions, et donné, par la même occasion, le ton : rageur et frontal. Le deuxième, Genuine Feelings, délaissait quelque peu les frimas électriques du post-punk et de la cold wave pour un power rock droit dans ses bottes, héritier des grands noms de l'indé – toujours spontané, conçu avec l'humilité et l'ambition mêlées de maîtres-artisans mettant toute leur passion et leur savoir-faire dans l'élaboration de leur univers sonore et mélodique.

Jamais deux sans trois : s'il n'a pas encore paru, Radiodurans contient toutes les promesses d'un groupe dont le fort coefficient de sympathie le dispute à une ferveur jamais démentie – ce qui mérite bien une Release party ! Toujours haletant donc, intense et tendu comme un string – dura rock, sed rock.

Miët (Nantes)

Si elle est discrète, la Nantaise cache bien son jeu, et pourrait en remontrer aux plus revêches des formations rock. Armée de sa basse, de ses pédales d'effets et de son échantillonneur, Suzy Le Void, que l'on a vue au sein de MellaNoisEscape, s'y entend en effet comme personne pour créer des lignes de tension toutes en saturations et ruptures, en boucles et sombreurs noise, avec des trouées vocales, des espaces où viennent se nicher des rêveries bourdonnantes. D'aucuns la comparent déjà, pour l'intensité sèche de son jeu et sa présence scénique, à PJ Harvey et à Shannon Wright – comparaison flatteuse et justifiée, tant les attitudes concordent, entre esthétiques anguleuses et cajoleuses tour à tour, exigence formelle et ferveur rock – et un premier album – Stumbling, Climbing, Nesting, qui la mènera dans les pas de ses glorieuses aînées ?