Logo Stereolux
ven. 17 sept. 2021 20H00

Fabrizio Rat & Kaspar Ravel · D.K. · TTristana

14€
18.60€
guichet 20€
Merci de noter que cet événement ne se déroule pas à Stereolux mais au Warehouse, sur l’Île de Nantes (voir page “infos pratiques”).
Warehouse
Placement libre assis // Les personnes mineures devront être accompagnées d’un·e adulte.
20h00 à 23h00
Organisateur : Stereolux

Informations sur les soirées au Warehouse
Chat échaudé… vous connaissez la suite. Les soirées du 17 et 18 septembre au Warehouse sont mises en vente en jauge assise, en placement libre. Le nombre de places est donc très limité ! En fonction du contexte sanitaire, il est possible qu’elles passent en configuration debout.

Les conditions d’accès, notamment la nécessité de présenter un pass sanitaire, sont encore incertaines. Pour tout changement ultérieur dû à la réglementation qui sera en vigueur sur ces dates, les personnes ayant déjà acheté un billet seront prévenues par email, avec la possibilité de se faire rembourser selon les modalités indiquées.

Fabrizio Rat & Kaspar Ravel (IT/FR)

(Live A/V)

Le premier est italien, le second français.
L'un vient du classique, qu'il a délaissé pour la techno, mais sans se départir de son piano (quelque peu trafiqué) ; l'autre œuvre dans les nouvelles technologies, mais ne les considère pas comme un moderne Veau d'or.

Le premier atout du savant fou, expérimentateur adepte de l'art combinatoire ; le second, artiste-codeur, construit sa démarche artistique autour des accidents virtuels et de l'esthétique glitch.

Tous deux ont en commun le goût de déroger, de sortir des cadres, d'aller voir ailleurs (pour le cas où ils ne s'y trouveraient pas déjà). Conséquemment, le premier a invité le second à partager l'expérience live de Shades of Blue, son plus récent album, sur lequel il s'aventure sur les terres singulières de la musique répétitive et cyclique – invitation que le second s'est empressé d'accepter, en concevant une performance AV tout en vagues et volutes (forcément) bleutées. De cette rencontre s'ébauche une poïétique de l'éphémère, qui serait comme une hypnotique séance d'un jam réactualisé. 

TTristana (FR)

(Live AV)

Plus qu'une simple substitution de nom, il s'agit ici d'une véritable mue : sous la chrysalide P6R6R6K perçait depuis un certain temps TTristana (référence à Mylène Farmer, hommage à Luis Buñuel ?). Une évolution naturelle pour celle qui fut l'un des pivots de l'étincelant (mais défunt) collectif marseillais PailletteS, et qui aime à s'affranchir des cadres. Depuis, elle n'a cessé d'explorer, d'hybrider, de s'inventer, d'enrichir un spectre musical et visuel toujours à l'unisson de celui de ses émotions : hyper-sensoriel, instinctif en même temps que très construit – avec des constantes : un goût revendiqué de l'infrabasse, et celui, non moins évident, de la recherche scénographique – témoins son nouveau live AV immersif et ses précédentes collaborations scéniques.

Étudiant(e), elle avait imposé la pratique du DJ aux Beaux-Arts ; aujourd'hui, elle intègre la plateforme européenne Shape pour l'innovation musicale et audiovisuelle : une étape supplémentaire dans un processus continu de transformation et de création (de soi).

D.K. (FR)

(Live)

Le rêve plutôt que la rave : tel pourrait être le credo du DJ et producteur parisien (et néo-nantais), signé chez Antinote. En effet, celui-ci a délaissé progressivement le dancefloor de ses débuts (son versant raw techno, il le confie à son alias 45 ACP – son côté Mr Hyde à lui ?) pour s'aventurer dans des contrées plus... rêveuses, donc, aux tons plus chauds – plus « libres » aussi, car ne négligeant aucune direction (house, new beat, sonorités extrême-orientales...), contrées d'ambiant peut-être davantage, pour ces raisons, destinées à l'esprit qu'au corps – encore que...

Le magazine Trax se demandait, il y a quelques années de cela, si D.K. était le secret le mieux gardé de la techno française – ouf, le secret est depuis éventé.