Logo Stereolux
Terminé
Complet

JEU. 25 oct. 20H00

Concert

NO ONE IS INNOCENT + TAGADA JONES + LES SALES MAJESTES

salle Maxi Organisateur : N-Syndicate Productions Punk Rock Placement libre debout/assis non garanti
Présence du foodtruck BILO DILO sur la terrasse
Complet
Tarif sur place 26€

NO ONE IS INNOCENT (FR)

Chez No One le discours humaniste, enragé est pleinement assumé et résonne autant par son succès discographique que par des concerts d’anthologie donnés sur la grande scène du Hellfest, en ouverture d’AC/DC et des Insus au Stade de France ou en double affiche en tournée avec Tagada Jones pendant les présidentielles. C’est aujourd’hui un groupe soudé et exalté qui est de retour avec un nouvel album, Frankenstein, une nouvelle fois produit par Fred « El Magnifico » Duquesne. On y retrouve l’équipée sauvage toujours aussi percutante dans la musique et dans les textes. Fidèle à son ADN, et à ses racines qui puisent chez Black Sabbath, Rage Against The Machine ou les Stooges, No One a bâti une formule à l’épreuve du temps : riffs implacables, groove, hymnes incarnés. Une formule qui les impose encore et toujours dans le cercle restreint des chefs de clans du rock à grosses guitares.

TAGADA JONES (FR)

Déjà plus de 20 ans que Tagada Jones parcourt les scènes nationales et internationales avec son punk-hardcore. Le groupe a traversé 25 pays, produit neuf albums studio et brûlé les planches à plus de 1800 reprises ! Sans doute l’un des seuls combos punk français à autant s’exporter en chantant dans sa langue natale. Tagada c’est aussi une conscience sociale, un engagement politique et surtout une référence en matière d’indépendance. Dignes héritiers de la scène alternative française, ils sont reconnus par leurs prédécesseurs (Bérurier Noir, Parabellum, Shériff...) comme représentant l’incarnation du « Do it yourself » français.

LES SALES MAJESTÉS (FR)

Les Sales Majestés sont aujourd'hui la tête de file du punk-rock français. Musicalement influencés par le punk anglais de la première génération, ils dépeignent dans des textes en français et sans concession,  le cynisme des classes dirigeantes et un quotidien devenu insupportable pour les exclus du système. Ils appellent au réveil des consciences sociales. Alors quoi ils seraient en retard ? Non ! Puisque finalement on a autant de raisons de faire du punk aujourd'hui qu'en 1977 !