Logo Stereolux
sam. 26 mars 2022 20H00

KO KO MO + The Freaky Buds

Terminé
STEREOLUX Salle Maxi Placement libre Debout - assis non garanti
Organisateur : Stereolux

Warren et K20 (soit des riffs impeccables et une rythmique implacable) aiment à brasser le meilleur du rock blues heavy psyché avec des zestes de pop. Ils vous invitent à fêter la sortie de leur troisième album : une DEE (Dynamique Énergique Électrique) inratable !

KO KO MO (Nantes)

Ces deux-là ont une dalle à bouffer toutes les scènes du monde (déjà plus de 250 à leur actif), et une gnak à faire passer Beep-Beep et Coyote pour des grabataires asthmatiques – à croire que le terme « power rock » a été créé spécialement pour eux. L'un possède, en plus du style et de la tessiture, la fougue guitaristique des grands aînés (Plant, Townshend et Page en tête), l'autre martèle ses fûts comme si sa vie en dépendait, le tout produit une jubilation immédiate, viscérale, presque érotique. Le duo (nantais) sur ressorts, en deux albums, a posé sa griffe, n'hésitant pas, sur un fonds qui doit beaucoup au heavy 70s, à introduire des éléments electro dans ses compos, éléments qui, plutôt que de diluer le propos, ou de l'affadir, lui donne une épaisseur supplémentaire, et démontre, si encore besoin, que non seulement le rock est capable de bien des mutations, mais qu'il contribue à conserver jeunesse (du moins dans sa tête), enthousiasme et libido. Ce qui est déjà pas trop mal.   

The Freaky Buds (Nantes)

Formé en 2018, le quatuor nantais prend ses racines dans les plus grands classiques du blues électrique ( R.L. Burnside, Little Walter, Howlin’ Wolf, Magic Sam… ) mais y mêlent aussi des influences plus modernes et résolument Rock ( The Black Keys, Royal Blood, The Dead Weathers ou encore Deap Vally ). Sur scène ils délivrent leur soulful rockin’ blues comme le sous-titre leur carte de visite. Mais ne vous attendez pas à une redite de vos singles estampillés Chess, Delmark ou Cobra pour autant. Nos freaky Frenchies zooment large, qu’ils regardent dans le rétro ou droit devant. Delta, Hill Country blues, pub ou indie rock, jusqu’à ce bel écho rythmique échappé d’Afrique de l’Ouest (The place is burning) qui clôture le premier album d’un groupe qui, à peine lancé, a déjà un coup d’avance sur l’échiquier du blues européen.