Logo Stereolux
Gratuit
Terminé

Du VEN. 2 juin au DIM. 25 juin

Exposition

Gabey Tjon A Tham

Plateforme Intermédia Arts numériques Cinétique Numérique Lundi au vendredi 13h30/ 18h30 // samedi et dimanche 14h30/18h30

gratuit - entrée libre

le mot du programmateur

En deux mouvements, simultanément cinétique et optique, l’artiste nous convie à un voyage hypnotique et tangible. Les simples lois de la physique, incarnées avec leurs évidentes précision et complexité comme avec leurs aléas, constituent cet étrange ballet organique, générant des phénomènes presque naturels, propices au songe et à la contemplation.

Gabey Tjon a Tham (NL)

Formée à l’Académie royale des arts et au Conservatoire royal de La Haye, la Néerlandaise Gabey Tjon a Tham n’est pas une scientifique stricto sensu, comme l’espace d’exposition de Stereolux a pu en accueillir parfois. Et pourtant, les œuvres qu’elle crée font appel à des lois physiques fondamentales, inspirées de comportements et de modèles observés dans la nature. Depuis 2012, cette jeune artiste prometteuse explore les relations entre l’humain, la nature et la technologie à travers des installations sensorielles intégrant différents matériaux. Basés à la fois sur le mouvement, la lumière et le son, ses ballets de sculptures mécaniques et organiques relèvent de l’expérience intime, et ne se dévoilent complètement qu’au bout de plusieurs minutes d’immersion – et même après coup, par un effet de persistance visuelle, voire auditive.

   

))))) repetition at my distance

Noir complet. Seize tiges lumineuses bleues oscillent à une vitesse aléatoire, au sein d’un espace cubique, et répondent à des impulsions mécaniques rotatives. Le dispositif n’est pas sans rappeler Tripwire, l’une des premières expositions de la plateforme numérique de Stereolux, en 2012. À ceci près qu’ici, il ne s’agit pas d’une projection : les longs fils luminescents imaginés par Gabey Tjon a Tham sont bel et bien parcourus de lumière. Cette installation lumino-cinétique et sonore se veut une interprétation subjective du voyage du son à travers l’espace. Les tiges, en tournant sur elles-mêmes, créent des motifs à chaque fois uniques, comme les feuilles d’un arbre remuant au gré du vent. Elles livrent un spectacle hypnotique, tel un ballet organique, entre nature et mécanique.

Remerciements : Lex van den Broek, Marcus Graf, Nenad Popov, Joris Strijbos

Red Horizon

Un ballet à la fois désordonné et coordonné de rotors lumineux, à l’image d’un essaim d’insectes : c’est le spectacle que donne à voir Red Horizon. Une chorégraphie hypnotique (visuelle et sonore), encore amplifiée quand les lumières s’éteignent, et que la matière pleine des disques dilatés fait persister plusieurs secondes sur nos rétines. L’éblouissement est total, au sens strict comme au figuré. Mais tout n’est qu’illusion : derrière les épais disques luminescents, de simples LED sont à l’action, mises en mouvement par des bras de pendules disposés dans un espace tridimensionnel – des bras qui, étant coudés, n’effectuent jamais de cercles parfaits, faisant ainsi varier les motifs en fonction de leur vitesse de rotation. Une œuvre aussi imprévisible que Mère Nature.

Red Horizon a été créé en étroite collaboration avec l'artiste développeur Marcus Graf.
Co-production : TodaysArt (the Hague) & Museum of Transitory Art (MoTA, Ljubljana). Avec le soutien de Stroom (the Hague).
Remerciements : Bram Vreven, Erfan Abdi, Mischa Daams, Willem Marijs, Julien Grossmann

(L'oeuvre Red Horizon peut indisposer les personnes photosensibles.)

CREDITS / MENTIONS

En partenariat avec le festival FIBER (Amsterdam)

FIBER est une association interdisciplinaire qui accompagne des créations autour des cultures digitales et qui organise un festival annuel, basé à Amsterdam.
Sa dernière édition, titrée Prima Materia, s’est déroulée du 11 au 14 mai 2017. À travers un cycle de conférences, expositions, performances et concerts, ce sujet a été abordé par des artistes, des professionnels et le public, qui ont échangé sur la relation entre l’homme, les technologies et la matière, afin de poser un regard critique sur la création d’hier et d’aujourd’hui.

 

Avec le soutien de l'Ambassade du Royaume des Pays-Bas et du creative industries fund NL

   

et de Stroom the Hague 

pour aller plus loin

Interview de Gabey Tjon A Tham
A l'occasion de son exposition, nous avons échangé avec Gabey Tjon A Tham sur son rapport à l'art, la nature, l'humain, la technologie et la science, combinaison d'élements au coeur de ses oeuvres. Un éclairage enrichissant avant de vous laisser porter dans un voyage hypnotique et tangible... >> à lire ici 

Vide ton sac 
L'artiste dévoile ses sources d'inspirations, à la frontière entre l'art et la science, l'introspection et la contemplation. >> à lire ici

Dossier d'accompagnement 

> télécharger le dossier d'accompagnement