Logo Stereolux
ven. 15 nov. 2019 20H30
Effronté.e.s

Effronté.e.s : Hubert Lenoir • Muddy Monk • Alice Et Moi

Terminé
STEREOLUX Salle Micro Debout
Placement libre debout
Organisateur : Stereolux

Un week-end consacré à cette nouvelle scène francophone décomplexée : un socle chanson française qui intègre aussi aussi des influences pop, hip-hop ou electro. Le fil rouge est simple : des textes en français, des artistes émergents (un premier maxi ou album au plus) et toute l’insolence de leur jeunesse !

Hubert Lenoir (CA)

Que fait un·e artiste sinon se raconter soi-même ? L'on pourrait citer Rembrandt et les cinquante et quelque autoportraits qu'il réalisa, l'autofiction si chère à la littérature contemporaine, Les Confessions de Rousseau, et tant d'autres... Et comment mieux se raconter qu'en se mettant en scène ? – là aussi, les exemples sont légion, de Dalí à Bowie et Prince, le geste prenant alors le pas sur l'intention. Une logique que le jeune Québécois, aidé en cela par une excentricité exponentielle (et grâce à cette caisse de résonance infiniment amplifiée que sont les réseaux sociaux), s'empresse de poursuivre : cultivant, avec l'aisance décomplexée propre à sa génération et une provocante pudeur, une image toujours mouvante, entre extraversion et coming of age ; ne se souciant pas des genres, mêlant chanson et pop, jazz et glam, ballades intimistes et défouloirs groovy ; tout spontanément occupé, immergé dans une perpétuelle invention de soi.

Muddy Monk (CH)

Rien n'interdit d'être à la fois chanteur romantique et amateur de grosses cylindrées (le second terme pouvant être perçu comme l'allégorie « byronesque » du premier – genre live fast, die young). C'est le cas du Suisse Muddy Monk, chanteur et producteur (qui collabore également avec les rappeurs Ichon et Myth Syzer), féru d'évasion en tout genre, d'onirisme synthétique et d'histoires d'amour, chantées d'une voix songeuse, saturée d'un spleen tranquille, qui immanquablement lui a valu de flatteuses comparaisons avec Christophe et Sébastien Tellier. De la chanson atmosphérique, donc, qui aime, comme Muddy sur sa bécane, à prendre des virages en épingle tout en peignant de vastes et aériens panoramas, propices aux épanchements amoureux. Le tout en combi moto intégrale.

Alice et Moi (FR)

Alice a toujours fait de la musique en parallèle de ses études. Sans se plaindre, mais sans s'amuser non plus, elle suit des cours à Sciences Po et remarque bien qu'elle est moins investie que les autres.En effet, la musicienne s’amuse à créer des histoires sonores entre innocence et constat, entre amertume et révolte, entre résiliation et éveil.

La chanteuse-productrice-autodidacte y dessine le portrait d’une petite meuf qui a un faible pour les mauvais garçons. Mais à force de chercher les badboys, de décrire ces voyou rappeurs ou alcooliques, l’évidence s’impose : qui est le plus bad des deux ? on se demande où s’arrête le personnage d’amoureuse transie, où démarre celui de badgirl qui s’assume, et se situe la schizophrénie de cette Alice “et Moi”. Ou comment partir de chansons à la patine naïve pour finir plongés dans un grand mystère touchant à l’identité féminine, ses désirs et ses contradictions. Et puis, ça rentre salement dans la tête. J’veux sortir avec Alice !

Michel de Trentemoult & Mathilde de Nantes (Nantes)

Entre les concerts, Michel de Trentemoult et Mathilde de Nantes vous proposent le Caraoquet, concept novateur consistant à chantonner, susurrer voire hurler dans un micro(franco)phone les paroles approximatives de mélodies populaires sur un instrumental fourni gracieusement.
Vous serez aidés dans votre effort par la projection sur écran quasiment géant des mots bleus, blancs ou rouges de vos chansons pointues et tubes émoussés préférés...