Logo Stereolux
Musique Publié le 09/11/2017

Vitalic ODC live : rencontre avec les designers de la scénographie

Vendredi 10 et samedi 11 novembre, un vaisseau accostera en salle Maxi pour deux lives époustouflants, autant visuels que sonores. Une structure rétro-futuriste et quasi-vivante guidée par le V de Vitalic, de Voyager et de la Victoire du dancefloor. Une structure propulsée par AAD, pour All Access Design, agence de solutions interactives et innovantes dans l’environnement du spectacle vivant. A quelques heures du show, nous nous sommes entretenus avec ces magiciens éclairagistes, scénographes, développeurs, et motion designers pour percer le secret de la fabrication du vaisseau ODC.

Avec VTLZR, la scénographie de la tournée précédente de Vitalic, une étape avait été franchie en matière d'installations lumineuses “intelligentes”. Sur ce live l'ODC donne l'impression d'intervenir comme un deuxième musicien sur scène. Comment s'est construit ce projet et quelle forme a pris la collaboration avec Vitalic ? ​

Au départ, nous avons répondu à un appel d’offre auprès de le société de production de Vitalic. L’idée était de suivre les partis pris de l’artiste en terme de scénographie, d’interactivité et d'interaction avec la musique.

Vitalic a été l’un des premiers artistes électro à intégrer la scénographie, et des éléments forts en lumière et synchronisation.

Partant de ce principe, une équipe composée de deux éclairagistes et d'un scénographe s'est mise à l’oeuvre pour designer un projet s’inspirant des intentions émises par Vitalic, principalement des références « rétro-futuristes ». L’artiste étant seul sur scène, nous avions besoin d’un élément fort pour l'accompagner,  d’où idée de l’intégrer au coeur même de l’espace scénique créé par l’ODC, tel un capitaine à la tête de son vaisseau spatial, comme le dit si bien Vitalic. 

Nous avons très vite émis l’envie et le besoin de créer un objet de kinétique qui surprendrait et qui permettrait d’offrir une nouvelle composition scénographique à chaque morceau. L’idée des cinq carrés concentriques est rapidement survenue, offrant la possibilité d’avoir à la fois un élément massif en mouvement, mais aussi de casser les lignes et perdre tous sens, toute perspective et compréhension de l’espace. Une forte interaction s’est imposée entre la surface video, l’ODC et les medias créés sur mesure en fonction des titres, pour y générer les effets recherchés. 

Cette sensation de "second musicien" est aussi dû à l’élaboration d’un système de synchronisation très perfectionné, permettant un lien étroit entre l’artiste, son set, la réaction de l'ODC et la lumière. 


L’équipe technique des concerts de Vitalic. A gauche Mickael Cannizzaro (CMDS), Victorien Cayzeele (light design / ingé réseau), Samuel Chatain (light design / scénographie), Thomas Pilato (tech réseau/block) et Vincent Leroy (opérateur/développeur media serveur et motorisation).


L'ODC est composée de carrés de différentes tailles, imbriqués les uns dans les autres. Quelles sont les corps de métier et technologies employés pour obtenir ce résultat bluffant ?

Exactement, allant de 1m à 5m de coté. Pour obtenir ce résultat, plusieurs corps de métier sont intervenus : les scénographes et les light designers en conception, puis un directeur technique pour superviser le projet, sa faisabilité technique et l'étude du coût. Sur ce projet en particulier, nous avons aussi travaillé avec des spécialistes de la serrurerie industrielle pour la fabrication des structures en aluminium, ainsi que pour leur conditionnement afin de les transporter. C’est d’ailleurs la seule ressource externe avec qui nous avons travaillée. Le développement du système de motorisation a été développé par nos soins afin d’assurer la qualité des mouvements, l’adaptabilité et la sécurité.


La technologie de levage utilisée ici est un treuil à câble d’une capacité de 50kg controlé par le protocole DMX. Le système LED intégré, est composé de strip led de 144 leds / mètre, controlées par le protocole ArtNet, nécessitant 239 univers DMX et 170m de linéaire de leds. La structure globale est controlée par des media serveurs assurant la diffusion des vidéos et la gestion du mouvement des cadres.

La décomposition de la fabrication fut la suivante : 

  • Création, développement avec des scénographes et éclairagistes 
  • Etude de faisabilité et de coût avec les éclairagistes et le directeur technique 
  • Chiffrage auprès des fournisseurs et validation du devis
  • Lancement des commandes des produits led et en parallèle fabrication des structures
  • Assemblage des cadres et integration des leds sur les cadres, préparation du câblage
  • Premiers tests des leds, en parallèle création du dispositif de motorisation et du système de gestion
  • Prepoduction technique de 3 semaines 
  • Et enfin residence d'une semaine avec les artistes 

 

Interview de Victorien Cayzeele (light design / ingé réseau)

Sur le web