Logo Stereolux
Musique Publié le 17/03/2017

Vide ton sac : Rebeka Warrior

" Voilà je vais vous filer de la poésie car c'est l'essence même de la vie.
Pourquoi j'ai l'étrange sensation que le monde se désintéresse des belles choses ?
Les gens préféraient-ils à présent regarder sous leurs chaussures. " 

ANTONIN CAVAFIS 

   Ne parlez pas de culpabilité, ne parlez pas de responsabilité.
Quand défile l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête; quand les sens frissonnent et tressaillent, insensé et impie quiconque reste à l’écart, quiconque ne se lance pas dans la belle expédition, celle qui part à la conquête des voluptés et des passions.
   Toutes les lois de la morale — aussi mal conçues que mal appliquées — ne sont rien et ne résistent pas une seconde, quand défile l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête.
   Ne te laisse arrêter par aucune obscure vertu. Ne te crois tenu par aucune obligation. Ton devoir est de céder, de toujours céder aux Désirs qui représentent, parmi les créatures des dieux, le plus haut degré de perfection. Ton devoir est de t’engager en soldat fidèle et d’un cœur loyal, quand défile l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête.
   Ne t’enferme pas chez toi et ne te laisse pas égarer par les théories sur la justice, par les préjugés sur les récompenses qu’accorde une société mal faite. Ne dis pas : Mon effort vaut tant et c’est de tant que je dois profiter en retour. Tout comme la vie est un héritage que tu n’as rien fait pour mériter, le plaisir est lui aussi un héritage. Ne t’enferme pas chez toi; mais garde les fenêtres ouvertes, grandes ouvertes, pour entendre les premiers échos du passage des soldats, quand surgira l’Armée du Plaisir, musique et drapeaux en tête.
   Ne te laisse pas abuser par ceux qui disent que le service est dangereux et pénible. Ils blasphèment. Le service du plaisir procure une joie infinie. Bien sûr qu’il t’épuise, mais il t’épuise d’une ivresse divine. Et quand tu finiras par tomber sur la route, même alors ton sort restera enviable. Quand passera ton enterrement, les Figures que tes désirs auront inventées jetteront sur ton cercueil des tulipes et des roses blanches, les jeunes Dieux de l’Olympe te porteront sur leurs épaules, et ils t’enterreront au Cimetière de l’Idéal, où resplendissent les mausolées de la poésie.

​Voilà aussi ce titre de DSCRD "létale"

 

Il faut l'écouter au casque le soir dans son lit.
Et par exemple regarder le plafond ou regarder en dedans-soi tout le merdier à ranger et se dire qu'on va le ranger plus tard.
J'appelle ça de la techno méditative.
 

Et un autre de THIS MORTAL COIL "Late Night"

 

Celui-ci, il faut pas necessairement l'écouter au casque.
Il faut juste l'écouter, par exemple en faisant la cuisine et après laisser défiler tous les autres morceaux du même groupe et puis réaliser à la fin qu'on n'a plus faim.

​Et puis une image. 

Le RETABLE DE GRUNWALD

Autant pour l'image que pour l'histoire qui y est associée et qu'on m'a racontée cette semaine. 
A cette époque, entre Valence et Grenoble, les gens devenaient cinglés, ils chopaient "le feu de saint Antoine" et mourraient tous gangrénés.
Personne ne pigeait pourquoi. 
En fait, un champignon, proche de la molécule du LSD, était contenu dans le seigle.
Toute la région avait des visions terrifiantes.
Les moines devaient soigner les gens. 
Ils les amenaient voir le retable au début de leur prise en charge. 
Le tableau représente le Christ plein de pustules, qui pourrit.
Au Moyen Âge, les images de méditation sont de la « quasi-médecine ».
C'est romancé ce que je vous raconte évidement car je le tiens de quelqu'un qui le tient de quelqu'un. 
C'est encore le Moyen Âge on dirait.