Logo Stereolux
Musique Publié le 21/11/2017

Quand Cabadzi rencontre Blier

Avant de découvrir sur scène le 2 décembre le nouveau projet de Cabadzi, librement inspiré de l'oeuvre du cinéaste libertaire, les Nantais reviennent sur cette rencontre inspirée et sur un live dont la scénographie picturale promet d'être époustouflante. 

Votre nouvel album est né d’une rencontre avec le réalisateur Bertrand Blier, pouvez-vous nous raconter cette rencontre ? 

C’était en juillet 2015, nous avions réussi à obtenir un rendez-vous chez lui dans son appartement pour lui faire écouter une première maquette. On y allait un peu apeurés sachant qu’il avait toujours refusé qu’on exploite ses textes. Et puis, dès la première écoute, il a été très emballé et c’est petit à petit qu’on s’est rencontré régulièrement chez lui depuis plus de 2 ans. Le procédé était assez simple : on terminait un morceau et on partait lui faire écouter, c’est de de cette façon qu’une vraie relation s’est tissée avec lui !

Sur cet album vous utilisez comme matière première les dialogues de Buffet froid, Tenue de soirée, Les Valseuses et bien d’autres. Quel a été le processus de composition  ? 

On a d’abord dactylographié tous les dialogues de ses 18 films, ce qui nous a permis de bâtir une sorte de dictionnaire, de bible dans laquelle puiser. Et ensuite, c’était surtout un gros travail de ré-écriture, d’adaptation littéraire pour que ces textes rentrent dans la structure d’un morceau. Chaque morceau comporte des dialogues de 7/8 films différents en moyenne, c’est ce jeu de piste qui nous a également beaucoup plu.

En plus des dialogues, vous détournez aussi des extraits de films de Blier, comment se présente la scénographie de ce live ? 

Nous avons travaillé avec l’illustrateur brésilien Adams Carvahlo, qui a re-dessiné des scènes cultes des films de Blier. De la même manière qu’on détournait les textes de Blier, on avait aussi l’envie de détourner ses images, d’où le recours à l’animation. En concert, elles sont projetées sur une scénographie mobile d’écrans de cinéma en rideaux de fils qui change de forme entre chaque morceau : parfois cage, parfois écran 16/9, parfois 4 écrans isolés, etc… 

Et pour finir, quel est votre film préféré de Bertrand Blier ? 

Tenue de soirée sans hésiter, un chef d’oeuvre d’écriture, et un thème on ne peut plus moderne au regard de l’actualité.