Logo Stereolux
Musique Publié le 09/10/2019

Mohamed Lamouri, entre compos, reprises et inspirations - interview

Repéré dans le métro parisien, Mohamed Lamouri y a longtemps joué, usant d'un synthé porté sur l'épaule, fascinant son auditoire avec un chant tout de simplicité et de profondeur. Rétif aux propositions commerciales qui lui sont faites, Mohamed Lamouri se laisse finalement convaincre de sortir un EP, avant de faire paraître dernièrement Underground raï love, un premier album enregistré avec son groupe Mostla. Discret jusqu'à l'effacement, portant en lui une ferveur que l'on pourrait qualifier de mystique si le terme n'était autant galvaudé, il chante, de sa voix éraillée, l'amour et l'existence, sur des sonorités parfois pop, parfois funk, avec une sincérité proprement désarmante.
 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre concert (entre compos et reprises) du 17 octobre à STEREOLUX ?

On joue, avec le Groupe Mostla, mes propres compositions qu'on a enregistrées sur notre album Underground Raï Love sorti en avril dernier et des reprises de Cheb Hasni qui sont aussi sur l'album. On joue aussi Ya Rayah de Dahmane El Harrachi, ça va être super !
 

 

 

La veille vous viendrez échanger avec les habitants d’un quartier de Nantes (Malakoff), comment appréhendez-vous ces moments de rencontres ? 

Je fais de la musique pour rencontrer les gens. La musique c'est les rencontres, et c'est ce que j'ai fait en jouant tous les jours dans le métro pendant 15 ans.

pouvez-vous nous partager 5 titres musicaux qui tournent en boucle en ce moment dans votre casque ?

Sandra, Maria Magdalena

 

 

Cheb Hasni, Tgoul maaraft

 

 

Charlie O., Les Indes des Andes

 

 

Bob Marley, One Love

 

 

Groupe Mostla, L'amour c'est mieux