Logo Stereolux
Publié le 12/02/2018

À la nantaise : L'interview de Sonic Robots

L'artiste berlinois Moritz Simon Geist, aka Sonic Robots, était déjà venu accompagné d'une de ses machines bricolées à partir d'une boîte à rythmes en 2013 à Scopitone. Le musicien et électronicien (tout s'explique !) revient le 30 mars 2018 à Électrons Libres pour un live électro mécanique. Il sera une nouvelle fois accompagné d'un ingénieux robot DIY, qui répond au nom de TRIPODS ONE et qu'il présente pour la première fois en France ! 

- Lors de votre dernière venue à Nantes, qu'est-ce qui vous a le plus surpris ? 

Je suis venu à Nantes pendant mon enfance dans les années 90 pour des raisons familiales. Je suis très surpris par l'évolution culturelle de la ville ; vous avez Stereolux mais aussi plein de petits événements, tous les bars sur les quais, les énormes installations des Machines. J'aime vraiment l'avant-gardisme de cette ville. 

- Un mot pour qualifier le public nantais ? 

Authentique et adorable.

- Qu'attendez-vous de la soirée Electrons Libres dans quelques jours ? 

J'ai tellement hâte de rejouer à Nantes, mais aussi de rencontrer Plaid et Felix pour la première fois. C'est aussi une date spéciale pour moi parce que c'est la première fois que je présente mon installation TRIPODS ONE en France ! 

- D'ailleurs, qu'est-ce que vous évoque le nom "Electrons Libres" ? 

Je pense à quelque chose de physique, comme les électrons microscopiques. C'est un nom très cool, futuriste et unique ! 



Sonic Robots au festival Scopitone en 2013 : 


TRIPODS ONE - le 30 mars à Électrons Libres