Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 16/05/2018

À LA NANTAISE : L'INTERVIEW DE MAOTIK

Après sa venue au festival Scopitone l'année dernière, Mathieu Le Sourd aka Maotik fait son retour à Stereolux pour la dernière soirée Electrons Libres de la saison qui se déroulera le 7 juin. L'occasion pour nous de découvir son attachement à la ville de Nantes.

- Ce qui vous a le plus marqué à Nantes ? 

Étant originaire du Morbihan, je viens souvent à Nantes. L’évènement le plus marquant a été sans doute la première édition du festival Scopitone, en 2002. J'avais adoré le live de Rubin Steiner et le travail audiovisuel du collectif de VJ Machine molle. Cela m'a donné envie de travailler avec l'image et le son. 
 

- L'endroit que vous avez préféré ? 

J'ai eu la chance de  visiter un bunker de la seconde guerre mondiale, transformé et accueillant différents studios de création. Je trouve ça intéressant que la ville mette à disposition ces lieux à l’industrie créative. Et aussi le restaurant la Cigale, une brasserie d'art nouveau, l'ambiance est sympa et on mange très bien! 
 

- Une anecdote sur votre dernier passage à Nantes ? 

Sans doute la réaction d'une classe de maternelle pour la première présentation de Bloom, un mur musical interactif pour jeune public présenté à la Maison des Arts de Saint-Herblain durant Scopitone 2017. C'est toujours surprenant et enrichissant la façon dont les enfants réagissent à ce type d’environnement, c'est le meilleur public.  


Photo : David Gallard - Stereolux / Scopitone 2017

- 3 mots pour définir les Nantais ? 

Accueillants, agréables, avenants.
 

- Comment voyez-vous l'art numérique à Nantes ? 

Le département de la Loire Atlantique a toujours été très innovant en matière d'art numérique. Scopitone, depuis ses débuts, a été un des précurseurs dans le monde de la musique et celui de l'image. Je connais aussi plusieurs artistes qui sont venus s’installer à Nantes et je m’informe régulièrement sur les activités qui s'y déroulent. Vu de l'extérieur, ça donne envie. 
 

- Et d'ailleurs, qu'est-ce que vous évoque le nom de la soirée "Electrons Libres" ? 

Soirée de performances pluridisciplinaires utilisant les avancées technologiques pour repousser les limites créatives.