Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 26/04/2016

Etes-vous déjà allés chez le (dé)coiffeur à Stereolux ?

Valérie, membre du Crew a testé pour nous Nous sommes les fils et les filles de l'électricité de Projet Eva lundi 25 avril dernier. Elle nous raconte cette expérience et nous livre ses impressions !

Les yeux sourient, le visage en face de vous se pare de ses plus beaux masques. Et le mien, à quoi ressemble t-il ?

Avec le projet Eva des québécois Simon Laroche et Étienne Grenier, tout commence aussi avec une blouse de coiffeur dans une salle d’attente. Mais ici l’attente est feutrée, les abat-jour soyeux et l’horloge d’antan vous transportent dans un autre monde. Un monde dans lequel dénotent pourtant les ordis alignés qui déversent leur blanche lumière. Ouf, vous n’êtes pas entièrement perdus ! Ils vous attendent pour tout savoir ou presque sur vous. Et si vous pensez que vous n’êtes pas un numéro mais bien un homme / une femme libre, vous vous trompez : la clef est dans le chiffre. Le chiffre qui définira votre place et vos mots. 

Prêts ? Alors enfilez votre blouse noire et passez devant le rideau, finies les coulisses, à vous la scène et l’expérience NSFFDE !

Confortablement assis sur votre chaise, le dos bien droit, la tête ceinte de votre casque magique, vous vous transformez en spectateur regardé. Regardant l’autre en face de vous, regardé par l’autre en face. Seul(e) avec les mots que vous entendez, vos mots, mais faisant partie de la communauté créée par les visages devant et autour de vous. Dans le noir de la pièce, seront-ils amis ces visages ou vous mettront-ils face à votre solitude ?

Le protocole entre en jeu : il faut le suivre et jouer le je(u). On vous parle à vous. Ecoutez et répétez. Nous sommes les fils et les filles de l’électricité. Le je s’installe. Anguille. Les yeux sourient, le visage en face de vous se pare de ses plus beaux masques. Et le mien, à quoi ressemble t-il ?

Après la mise en bouche, ça s’accélère. Maintenant c’est à moi que l’on parle. Je ne suis plus en train de regarder, je suis le spectacle. On me raconte une histoire et elle parle de moi. Est-ce vrai que j’ai dit cela ? Faut-il que je lève la main ? Faut-il que je réfléchisse ? Non, il faut que j’écoute et que je fasse. Le système me dicte mon rôle et il me connaît. Je respire. Mon corps physique laisse la place à mon corps émotionnel. Le système est là pour me rapprocher de l’autre. Tiens il est là, à côté de moi, l’autre, et ah il s’appelle William et il travaille beaucoup trop. Je peux communiquer avec lui, on me le demande d’ailleurs. Les ondes électriques se répandent. Ensemble, avons-nous créé un autre monde ?

J’enlève mon casque. J’en sors décoiffée. Je redeviens moi, après cette expérience entre images esthétiques et mobilisations de mes sens et de mon esprit.

par Valérie / The Crew