Logo Stereolux
Musique Publié le 01/06/2018

Indi(e)scovery

Dis-moi ce que tu écoutes, je te dirai où tu es ! Vous connaissez les blind-tests, ces écoutes à l’aveugle où l’on doit reconnaître un titre de chanson, ou le nom de son interprète ? On vous propose de changer un peu les règles du jeu en devinant de quels pays viennent les prochains groupes indé que vous entendrez. À l’ère du grand mix mondial, les pistes sont un peu brouillées mais les indices restent audibles ! Alors voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour...

LES VOYAGES IMMOBILES

Dans l’univers du rock indépendant, on trouve une multitude de galaxies : rock industriel, noise rock, grunge, punk, math rock, métal alternatif, post-rock, new wave... Chacune a ses sons, ses codes et ses couleurs, mais on ne peut bien sûr pas réduire les artistes et les auditeurs à leurs genres ! À l’origine, il y a l’environnement dans lequel on évolue, et qui nous porte à jouer ou écouter telle ou telle musique : selon qu’on est bercé par les batucadas du Brésil ou les cornemuses d’Écosse, on n’a pas la même oreille... C’est ainsi que le blues du bayou nous téléporte instantanément en Lousiane, et celui de The Legendary Tigerman, au Portugal ! Imaginez un peu une planisphère magique : il suffirait de coller son oreille sur un point du globe pour écouter ce qu’on y passe. Ça existe ! Ça s’appelle Internet (nous vous conseillons cette excellente plateforme : http://radiooooo.com), ça s’appelle un disquaire, ça s’appelle une salle de concerts : de quoi s’offrir quantité de "voyages immobiles", et se faire un joli tour du monde en 80 tubes ! D'ailleurs, pour la Nouvelle-Zélande, on choisit le dernier single rock funk d’Unknown Mortal Orchestra : et vous, pour l’Afrique du Sud, vous choisiriez quel hymne indé ?

 

 

DES ITINÉRAIRES BIS

Tous les grands voyageurs vous le diront : le meilleur moyen de découvrir un endroit, c’est de s’y perdre ! Puis ils vous conseilleront d’éviter les grands axes et les circuits tracés d’avance, pour préférer bifurquer sur des itinéraires bis. En matière de musique, c’est pareil : on peut choisir de (re)visiter les grands classiques du patrimoine, ou bien de s’aventurer dans les courants alternatifs de la scène underground. Vous commencez à nous connaître, nous aimons sortir des sentiers battus : pour découvrir un pays, quels meilleurs guides audio que ses indi[e]gènes ? D’un jour à l’autre, on peut être transporté dans une Colombie méconnue par le cumbia psyche de Los Pirañas, puis en Tunisie, sans touriste, via les expérimentations d’Ammar808 & The Maghreb United, ou encore aux USA, loin des motels, dans le garage de Mattiel. Et pas besoin de passeport, car « la musique n’a pas de frontières » !

 

 

J’IRAI OÙ TU JOUERAS (MON PAYS SERA TOI)

Dans les années gonzo, ce courant de la presse rock qui mettait les journalistes dans les camions des artistes et les embarquait en tournée, la musique a été racontée comme un voyage. Puis est venue l’ère des groupies, invitées elles aussi à faire la route avec les musiciens. Certaines devinrent même de véritables points d’attache. Mais depuis qu’il est devenu si facile de prendre l’avion, un nouveau phénomène est apparu : celui des fans qui voyagent pour suivre leurs groupes préférés sur les scènes du monde entier. Ils sont nombreux ! On en connaît même qui consacrent tous leurs congés à ces drôles de périples, dont la destination importe finalement peu, du moment qu’ils y voient leurs idoles. On ira où tu voudras quand tu joueras (et on s’aimera encore lorsque le rock sera mort) !