Logo Stereolux
Labo Arts & Techs Publié le 03/12/2018

CYCLE VILLE (IN)VISIBLE : RETOUR SUR L’ATELIER DE CARTOGRAPHIE SUBJECTIVE

Dans le cadre du cycle thématique Ville (in)visible, l’atelier de cartographie proposé par Stereolux, la revue Sur-Mesure et le designer et urbaniste Quentin Lefèvre, a donné lieu le samedi 17 novembre 2018 à une production de cartes de l’Île de Nantes éminemment sensibles et subjectives. Retour sur un atelier pas comme les autres.


 

Les 16 participants de l’atelier, habitant ou non l’Île de Nantes, étaient invités à partager les éléments sensibles (sons, images, histoires personnelles ou collectives…) que leur évoquent ce territoire, et à créer des représentations originales de leurs rapports à cet espace urbain ainsi qu’à celui dans lequel ils vivent.
L’atelier s’est donc déroulé en deux temps : l’un consacré au territoire habité, l’autre à l’Île de Nantes avec à chaque fois les mêmes règles du jeu.

Dans les deux cas, l’objectif était de réaliser des cartes faisant état d’une représentation personnelle et subjective à partir de trames pointillées évoquant le territoire. L’idée n’étant pas de rechercher l’exactitude géographique mais une bien une représentation mentale du territoire.
Chaque temps se décomposait en plusieurs étapes rapides et chronométrées (usages, repères, ambiances, transports…), dans lequel les participants étaient contraints par l’utilisation d’une bibliothèque de tampons.
Cette technique de création sous contrainte a permis un rendu homogène en incitant à la spontanéité et en plaçant tout le monde au même niveau technique.
 


S’en suivait une restitution où chacun avait la possibilité d’évoquer de vive voix face au groupe ses choix graphiques et la représentation mentale qu’il se faisait de chaque territoire.
 




Les résultats de cet atelier seront utilisés dans le cadre du workshop « Données situées et cartographie sensible » qui se déroulera les 6 et 7 décembre 2018 à Stereolux, et qui proposera à des artistes, designers et informaticiens de mettre en forme les données sensibles collectées et partagées par les participants.

La question de la datavisualisation sera aussi évoquée lors de la journée thématique « Visualiser la ville » du 12 décembre.