Logo Stereolux
Arts numériques Publié le 15/05/2018

Arts numériques : l’expertise Stereolux hors les murs

Grâce au festival Scopitone, à sa foisonnante programmation en saison mais aussi à ses nombreuses collaborations internationales, Stereolux est devenu une référence en arts numériques. Au point que ses compétences en la matière sont de plus en plus sollicitées pour des événements au large rayonnement. Comme par exemple cette collaboration pour les Moments d’Invention à Nancy, en avril dernier.
 

DU LOCAL A L'INTERNATIONAL 

Son coordinateur artistique, Cédric Huchet, représente régulièrement Stereolux au sein de commissions d’experts, jurys et comités de sélection artistique, et collabore également sur des commissariats artistiques. Stereolux noue également des partenariats avec ses pairs.

Cela se passe sur le sol français avec des créations co-produites notamment avec la Biennale Nemo (Arcadi / Ile de France), un appel à projet commun porté avec la Gaîté lyrique (Paris) et Electroni[k]/festival Maintenant (Rennes), un cycle de conférences initié à Scopitone puis poursuivi au Shadok (Strasbourg)... 
 


Licht, mehr Licht ! de Guillaume Marmin présenté à Scopitone 2017,
en co-production avec Arcadi-Biennale Némo


Mais les collaborations de Stereolux se déroulent aussi au-delà de nos frontières à travers un échange avec le festival Digital Choc au Japon qui permet en retour d’accueillir la jeune création japonaise à Scopitone, tandis que des artistes français sont programmés à Tokyo. Stereolux est également membre du comité de sélection des résidences à la Villa Kujoyama (Japon), et développe depuis plusieurs années des liens forts avec Taïwan ou encore  la Corée du Sud (avec en aboutissement l'ouverture le 1er juin du lieu culturel "B39" où sera invité l’artiste nantais Guillaume Marmin).

Pour finir, côté transatlantique, le plateau français pour l’ouverture de la BIAN (Biennale internationale d’art numérique) de Montréal a été concocté conjointement avec le Québec, Rennes et Nantes. Stereolux sera également officiellement présent au MIAN (Marché international de l’art numérique) porté par Elektra.
 

Stereolux monte sur le Ring

En avril dernier, c’est la métropole du Grand Nancy qui a souhaité collaborer avec la « SMAC 2.0 » de l’Île de Nantes, en lui confiant une partie du commissariat artistique de ses Moments d’Invention. L’événement, imaginé comme un« laboratoire de réflexion et d’expérimentation », était cette année intégré au festival Ring. Cette 6ème édition du festival portée par La Manufacture (Centre Dramatique National de Nancy) s’intéressait à la réalité virtuelle et augmentée et aux questionnement induits par l’omniprésence du numérique. Des thématiques amplement développées par les artistes accueillis à Stereolux ou Scopitone ces dernières années... C’est donc tout logiquement que son programmateur Cédric Huchet a invité plusieurs d’entre eux à exposer ou performer dans des lieux emblématiques du Grand Nancy (La Manufacture, L’Autre Canal).


 
Mécaniques discursives (c) Métropole du Grand Nancy-Mathieu Cugnot


Trois artistes, pour être exact : l’ingénieur en robotique allemand Moritz Simon Geist et sa boite à rythme géanteMR-808 (découverte à Scopitone 2013), le studio de design graphique Chevalvert (collaborateur régulier de Stereolux) et son installation interactive Stratum (créée en collaboration avec le festival lyonnais Mirage), la paire Frédéric Penelle/Yannick Jacquet et ses Mécaniques Discursives poétiques et oniriques (présentées à Scopitone 2012).


 
Stratum (c) Métropole du Grand Nancy-Mathieu Cugnot


À cela s’ajoutait une intervention de Cédric Huchet dans un débat-rencontre aux côtés d’acteurs culturels de référence du Grand Nancy. Le thème de la discussion (« Entre arts, sciences et industries, quelles nouvelles richesses créatives pour le bassin de vie de notre métropole ? ») apporte la preuve, s’il en fallait une, de la capacité de Stereolux à penser la culture bien au-delà de ses murs, et avec une vision transdisciplinaire.
 

 
Rencontre débat Conservatoir (c) Métropole du Grand Nancy-Mathieu Cugnot