Logo Stereolux
Musique Publié le 13/11/2017

ARBA, UN HOMMAGE À BARBARA : RENCONTRE AVEC JEANNE CHERHAL

Deux voix, deux pianos, un hommage. La Philharmonie de Paris a donné carte blanche au multi-instrumentiste franco-libanais Bachar Mar-Khalifé et la chanteuse nantaise Jeanne Cherhal pour représenter l'immense Barbara, disparue il y a vingt ans, à travers plusieurs dates en France. Jeanne Cherhal revient sur cette création qui annonce un concert aussi rare que son sujet est magistral le 15 novembre à Stereolux. 

Cette fin d'année est marquée par les 20 ans de la disparition de Barbara. La Philharmonie de Paris programme tout un cycle d'exposition et de concerts exceptionnels autour de cet anniversaire. Comment est née cette création et quels sont les liens que vous tissez avec la chanteuse ?

C’est en effet la Philharmonie qui m’a confié une carte blanche en lien avec Barbara. C’était pour moi assez vertigineux et excitant, que l’on me dise « Fais ce que tu veux! » à partir d’une artiste aussi inspirante que Barbara. En ce qui concerne les « liens » que j'entretiens avec elle, ils sont essentiellement émotifs et sentimentaux. Je ne l’ai jamais connue, jamais rencontrée, mais son répertoire me touche énormément.

Comment s'est opéré le choix de cet hommage à quatre mains avec Bachar Mar-Khalifé ?

J’avais envie de faire un concert qui mette en valeur la beauté des compositions de Barbara et son talent de musicienne, plutôt que de me focaliser sur ses textes (que j’adore par ailleurs!). Je voulais essayer d’envisager ses chansons un peu comme des pièces contemporaines, les déconstruire, les étirer, jouer avec, les emmener ailleurs. Et mon fantasme était de le faire à deux pianos. J’avais cette idée en tête lorsque j’ai vu sur scène, il y a un an, Bachar Mar-Khalife en concert en piano-voix. Nous ne nous connaissions pas du tout mais j’ai eu un véritable coup de foudre artistique et pour moi il était évident qu’il était le partenaire idéal pour un tel concert. J’ai eu la chance qu’il accepte tout de suite ma proposition, et notre rencontre musicale a été formidable ! Je crois pouvoir dire, sans le trahir, que nous nous entendons très bien. La création et les répétitions ont été passionnantes et hyper intenses, c’est vraiment une chance de pouvoir faire des collaborations pareilles. 

 

Cette création est-elle une ré-interprétation ou un hommage ?

Forcément les deux. Une réinterprétation bien sûr, car certains morceaux sont simplement évoqués dans notre travail d’arrangements et de recomposition parfois, et un hommage aussi parce que ce sont les chansons de Barbara qui sont au coeur de ce spectacle.