Logo Stereolux
Arts numériques Danse Publié le 06/12/2017

3 questions au chorégraphe Brahim Bouchelaghem - Motion (PEREMISHCHENNYA)

Le chorégraphe Brahim Bouchelaghem a choisi pour son nouveau projet Motion (Peremishchennya) d’embarquer dans son univers un groupe de douze danseurs hip-hop ukrainiens. Plus habitués au hip-hop de rue, ils ouvrent un nouveau chapitre de leur histoire en découvrant, avec Brahim Bouchelaghem, le hip-hop d’auteur. Sur un espace précisément délimité (7x7m), les danseurs écrivent leur scénario en associant l’énergie du breakdance à la poésie propre au chorégraphe. Retour sur cette rencontre et ce choc des cultures avant de les retrouver sur la scène de la Maxi le 12 décembre. 

Dans quel contexte avez-vous créé la compagnie Zahrbat et autour de quels objectifs ?

Après m’être rendu sur la tombe de mon père en 2003, j’ai créé mon solo Zahrbat. Cette pièce a été le point de départ, j’ai eu envie d’approfondir ce travail de création et de continuer en tant que chorégraphe. J’ai donc créé ma compagnie, du nom de ce solo, qui veut dire « celui qui ne tient pas en place ». Cela a permis la rencontre avec Carolyn Carlson en 2007, au CCN de Roubaix où j’ai pu bénéficier du compagnonnage avant d’y être artiste associé en 2011.

Comment avez-vous connu les danseurs de Motion

Ce sont des Bboys et des Bgirls très connu(e)s dans le monde des battles et des championnats. Pour Motion, j’ai fait confiance à l’ukrainien Bboy Robin (TOP 9) (présent sur ma précédente création Davaï Davaï en 2010), pour les réunir sur ce nouveau projet international qu’est Motion (Peremishchennya).

Comment avez-vous travaillé pour la création de ce spectacle (chorégraphie et scénographie) ?

Pour cette création, il a fallu réunir les danseurs et danseuses dans la capitale ukrainienne, Kiev, sur plusieurs périodes de résidence entre septembre 2016 et février 2017. Il y a eu un gros travail chorégraphique en amont, réfléchi sur un espace restreint de 7x7m. Ce projet c’est également la rencontre avec un compositeur ukrainien, R.Roo, et un vidéaste français, Mr Nuage, qui nous a aidé sur la création lumière et vidéo.