Logo Stereolux

MER. 23 janv. 19H00

STATEX Danse

STATEX : DIYtopia

séance de19h

19h >20h05 STEREOLUX Salle Maxi Organisateur : Stereolux (dans le cadre du festival Trajectoires) Danse Installation Performance Placement libre debout/assis au sol / Les retardataires pourront se voir refuser l'accès à la salle.
8€
12€
Tarif sur place 14€

Autour du performeur et plasticien Lawrence Malstaf, ces trois formes abordent le corps, sa mise en scène, son utilisation, son exposition, son détournement, son devenir. Une vision panoramique et chronologique du parcours de cet artiste inclassable.

Profitez d’un tarif préférentiel sur les spectacles de la saison danse en prenant le Pass 5 spectacles :

SAISON DANSE 2018-2019 : ABONNEZ-VOUS !

Partenaire media :

STATEX (BE/NO) : DIYTopia

DIYTOPIA

On n’imaginait pas Lawrence Malstaf nous parler un jour d’utopie, c’est pourtant bien le thème central du nouveau spectacle DIYtopia, signé à plusieurs mains par le collectif STATEX. Il questionne la capacité de nos sociétés anxiogènes à se rêver un futur tout en rendant hommage à la culture DIY et “maker”. Une œuvre participative dans laquelle le public est installé sur une aire de jeux et y côtoie une danseuse (Liv Hanne Haugen) se débattant avec de grands anneaux tournant comme les pièces de monnaie d’un monde qui, demain peut-être (utopie?), pourra s’en passer.

STATEX (BE/NO)

STATEX se compose de Lawrence Malstaf (plasticien), Liv Hanne Haugen (danseuse et chanteuse), Tale Næss (écrivaine et dramaturge), Amund Sjølie Sveen (musicien et compositeur) et Jon Tombre (acteur et réalisateur). Ensemble ils développent ce projet de création sur deux ans : une première partie présentée en juin 2018 au festival FINN à Harstad, en Norvège, suivie de plusieurs versions spécifiques avant d’aboutir sur une plus grande production en 2019 présentée au Hålogand Teater à Tromsø.

D.I.Y. - Manual for a potential future by and with installation artist Lawrence Malstaf, dancer / performer Liv Hanne Haugen, playwright Tale Næss, musician / performer Amund Sjølie Sveen and director Jon Tombre. Supported by: Norsk Kulturråd, FINN Festspillene i Nord Norge, Hålogaland Teater
 

/ Première française/
En co-réalisation avec le CCNN (Centre Chorégraphique National de Nantes)


SPECTACLE PROPOSÉ DANS LE CADRE DE TRAJECTOIRES - FESTIVAL DE DANSE
du 19 au 27 janvier 2019

C’est dit. Nantes commencera désormais l’année, les deux pieds ancrés dans Trajectoires, festival d’une danse particulièrement exploratrice, prête à investir les lieux culturels de la métropole et se faufiler dans les rues et sur les places de la ville, en toute liberté.

Pour sa deuxième édition, le festival garde sa ligne forte : expérimenter des trajets obliques, goûter aux cheminements urbains et aux promenades artistiques, construire des ponts entre l’espace, le territoire et les formes esthétiques. Au spectateur de jongler entre les propositions et d’imaginer ses propres parcours chorégraphiques en piochant dans les propositions quotidiennes. En fin de semaine, les lieux partenaires invitent à tour de rôle à des focus plus resserrés, condensés de pièces et de sauts artistiques, mais aussi, appels festifs à prolonger la danse avec tous.

Pendant neuf jours, du 19 au 27 janvier, la programmation aura donc la bougeotte, au fil de larges courbes mouvementées et pratiquera avec force le changement d’échelle : de l’éclectisme garanti des performances intenses de Lisbeth Gruwez aux questionnements emplis d’humanité de Michel Schweizer, de la danse minimaliste de Lucinda Childs aux rituels de Julie Nioche. Soli, danses de groupe, performances, déambulations : tout trouvera place, tout fera sens, dans une belle impulsion collective.

Programmation complète sur festival-trajectoires.com à partir de novembre 2018

Un projet proposé par le Centre Chorégraphique National de Nantes avec le lieu unique, scène nationale de Nantes, le Théâtre ONYX - Scène conventionnée danse et arts du cirque, le TU-Nantes, scène jeune création et émergence, Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique, Stereolux, musiques actuelles et arts numériques, Musique et Danse en Loire-Atlantique, Angers Nantes Opéra.

En partenariat avec le Château des ducs de Bretagne, musée d’histoire de Nantes, le Nouveau Studio Théâtre, l’Espace International Cosmopolis, la Maison des Arts de Saint-Herblain, le Quatrain, espace culturel de Clisson Sèvre & Maine Agglo, SEPT CENT QUATRE VINGT TROIS / Cie 29 X 27. Avec le soutien de la Ville de Nantes, le Département de Loire-Atlantique, la Région des Pays de la Loire.Nantes, le département de Loire-Atlantique, la Région des Pays de la Loire.

 

LAWRENCE MALSTAF (BE/NO) : Shrink & Nemo

En accès libre, Lawrence Malstaf présentera également durant ces deux jours :
Shrink, performance culte dans laquelle, enveloppé dans un plastique transparent, il s’expose emballé sous vide; ainsi que Nemo, installation immersive distordant les notions d’espace et de temps.

SHRINK
Salle Maxi
Séances mardi 22 janvier à 18H00, 20H30 et mercredi 23 janvier à 18H00, 20H30, et 23H30
Durée 20 minutes + 10 minutes entrée et sortie

Deux grandes feuilles de plastique suspendues enserrent le corps de Lawrence Malstaf alors emballé sous vide selon un mécanisme d’expulsion de l’air. Un tube transparent inséré entre les deux couches lui permet de réguler le flux d’air et la pression croissante fige peu à peu la surface de son corps emballé en de multiples micro-plis. Pendant la performance, l’artiste change de position, évoquant des images d’embryon ou de corps crucifié.


NEMO
Salle Micro
Accès libre de 13H à 22H

De petites boules de polystyrène sont projetées dans un monumental cylindre transparent par cinq ventilateurs. Chaque visiteur peut s’asseoir sur le fauteuil au cœur du tourbillon ou observer de l’extérieur. Depuis le fauteuil, la tempête semble calme. Spectaculaire à première vue, l’installation, machine à méditation, dégage en fait un effet hypnotique. On peut observer les mouvements, apparemment cycliques, se concentrer sur les différentes couches de pixels 3D ou écouter le bruit de la cascade. On pourrait parler de parcours initiatique, mettant le visiteur au défi de rester en paix dans un environnement turbulent. L’expérience distord les notions d’espace et de temps.


Lawrence Malstaf

Après des études de design industriel, l’artiste belge Lawrence Malstaf conçoit des scénographies dans le milieu du théâtre. Par la suite il développe l'art de l'installation et de la performance en se concentrant particulièrement sur le mouvement, la coïncidence, l'ordre et le chaos, utilisant régulièrement le visiteur en tant que co-acteur.
Ses projets font souvent appel à la technologie de pointe comme point de départ ou d'inspiration, mais aussi pour activer les installations. Il a reçu plusieurs prix internationaux dans le domaine de l'art et des nouvelles technologies dont le Golden Nica au Prix Ars Electronica (A) en 2009.