Logo Stereolux
mer. 09 nov. 2016 20H30

Soirée Kshantu

Bantam Lyons + YachtClub + Seal Of Quality

Terminé
Profitez du forfait couplé "À DEUX C'EST MIEUX" : KSHANTU PARTY + LE BEAU LABEL : PROHIBITED
STEREOLUX Salle Micro Debout
Organisateur : Stereolux

Le mot du programmateur 

Label et structure de booking et management, Kshantu est un acteur indé nantais incontournable. Le plateau proposé l’est tout autant : le rock-pop brumeux des Bantam Lyons, la pop Devo-bric-à-brac de YatchClub et le 8-bit core-rock de Seal Of Quality.

Sur cette date, profitez du forfait  "À DEUX C'EST MIEUX" : KSHANTU PARTY+ LE BEAU LABEL : PROHIBITED

Soirée Kshantu (label & booking)

C'est une odyssée, débutée à Nantes en 2012 et qui a à son actif plusieurs hauts faits, et un catalogue choisi : Dead Hippies, Mansfield.TYA, Healthy Boy, Western..., dressé sans volonté d'harmonisation esthétique, seulement en fonction de coups de cœur. C'est une structure polycéphale, qui s'occupe de production, de management, de booking – pour conserver la haute main sur son propre destin, pour en avoir une vision globale, pour demeurer au plus près des musiciens.

Et, comme toute bonne odyssée, qui ne s'épargne les peines ni les joies, les labeurs ni les plaisirs ; qui explore et découvre. Ils nous présenteront deux groupes de leur label (Bantam Lyons et Yacht club) et un groupe de leur activité booking (Seal Of Quality).

 

Bantam Lyons (Nantes)

Il était attendu, ce premier album... Melatonine Spree entérine les inclinations naturelles du quatuor brestois : brumeuses, rageuses, mélodiques. Une musique qui n'est pas sans quelques affinités avérées avec ce qui se fait de mieux de l'autre côté du Channel en termes de post-punk hargneux, de pop délétère, de shoegaze marmoréen. Il faut dire que la région de Brest possède quelques point communs avec ce grand Ouest briton, morne et splendide – ce qui vaudrait une étude concernant l'influence des particularités géoclimatiques sur la production musicale, mais ce n'est pas là le lieu.

Les Bantam Lyons ont, eux, l'aplomb de ceux qui ne s'en laissent pas conter, de la fougue à refourguer, une maîtrise qui force le respect – les festivaliers du dernier Liverpool Sound City ne s'y sont pas trompés, qui les ont célébrés comme il se doit : tanguant, mais debout.

YachtClub (FR)

C'est un bric-à-brac que l'on croirait sorti de la cervelle particulièrement déliée d'un savant fou, un fourre-tout musical qui ne serait pas sans évoquer Devo et Deerhoof ; tout un monde d'apparence absurde et par là même parfaitement poétique et cohérent, comme un film de Tati.

Ça a l'air déjanté, ça en a le goût, et ça l'est – pas qu'un peu ; ça rend aussi à la musique sa part essentielle de jeu. YachtClub, c'est trois (jeunes) garçons et une fille (jeune aussi, avec des nattes) de Tours, aux dégaines improbables, qui utilisent tout ce qui leur tombe sous la main (de vrais instruments certes, mais également toutes sortes d'objets, et des bidules électroniques) pour composer des vignettes musicales faussement naïves, fraîches autant que subtiles, entêtantes jusqu'au vertige.
Comme on dit de nos jours, y'a de quoi kiffer sa race – neurasthéniques exceptés.

Seal of Quality (FR)

Pour les non-initiés, le « seal of quality » est un sceau apposé sur les produits Nintendo : une appellation que Nicolas Cueille (membre de Room 2014 et de The World) a malicieusement reprise à son compte, lui qui, avec sa guitare et ses machines, porte haut le flambeau du 8-bit core (ou nintendocore), genre musical improbable mais fécond, porté par les adorateurs de la Game Boy et du pixel rudimentaire.

Mais le chiptune, qui trop souvent revêt un caractère strictement performatif (donc vain), n'est pour lui qu'un moyen, une rampe de lancement vers d'autres espaces musicaux – pop, math-rock ou carrément punk, avec un chant de plus en plus présent et assumé. Son nouvel album (après une foule de Eps et de splits), Affective Design, est un boost d'adrénaline, aussi jubilatoire que l'explosion d'un high score au Tetris.