Logo Stereolux
dim. 10 oct. 2021 20H00

Perturbator + Hangman’s Chair + Author & Punisher

Reporté
En fonction de l'évolution des conditions sanitaires, ce spectacle est susceptible de modification.
STEREOLUX Salle Maxi
Placement libre debout
Organisateur : Stereolux

CONCERT REPORTÉ AU 16/10/2022
La tournée du groupe a été décalé en 2022 du fait de la situation et des restrictions sanitaires
Vos billets restent valables pour la date de report.
Si toutefois vous souhaitez vous faire rembourser, merci d'en faire la demande dès maintenant en vous rendant sur ce formulaire, afin que vos places puissent bénéficier à d'autres publics : nous comptons sur vous ! Aucune demande de remboursement ne sera prise en compte moins de 3 jours ouvrés avant le spectacle.

Perturbator (FR)

Il a développé un univers visuel qui, s'il est ultraréférencé, n'en demeure pas moins parfaitement identifiable : sombre résolument, rétrofuturiste avec un penchant certain pour l'esthétique 80s, le cyberpunk et la symbolique sataniste – un peu comme si le blade runner Rick Deckard prenait un verre avec une succube sous les néons d'un bar louche de Tokyo en 2347. Musicalement, c'est itou : une noirceur poisseuse striée de fulgurances lumineuses, des synthés saturés et inquiétants, lorgnant à l'occasion vers l'indus, le dubstep ou l'ambient, et une atmosphère générale qui n'incite guère à l'optimisme...Figure de proue de ce que l'on nomme par convention la synthwave (ou retrowave), James Kent a toujours superbement évité les écueils spécifiques et les facilités d'un registre qu'il a largement contribué à créer,  lui imprimant un caractère crépusculaire, voire sépulcral, à rebours des clichés du genre. Ni plus rapide, ni plus facile, mais plus séduisant : bienvenue du côté obscur.

Hangman's Chair (FR)

C'est un noir de nuit, un noir de laque, dense et profond, qui innerve les compositions du groupe essonnien ; un noir de colère et de désespérance, sur une trame musicale répétitive et obstinée, qui se déroule comme une route déserte s'acharnant à toucher un horizon qu'elle n'atteindra jamais – quelque chose comme un road trip sous Valium, une nuit d'errance dans une banlieue triste. Mais si cet alliage à toute épreuve de doom, de stoner, de sludge – voire, par moments, de grunge et darkwave – peut sembler se complaire ad nauseam dans un spleen glauque (en même temps, avec un tel nom de scène, on peut difficilement s'attendre à des mièvreries genre L'Île enchantée), il dégage également une réelle ferveur qui bouscule et étreint et prend à la gorge.

Author & Punisher (US)

Quand, au début du XXe siècle, le peintre et compositeur Luigi Russolo théorise la musique bruitiste – « sortir la musique du cercle restrictif du son pour explorer l'infini variété des bruits » – il ne se doutait sans doute pas de l'incroyable élan de créativité que son manifeste allait engendrer jusqu'à nos jours. Tristan Shone, originaire de San Diego, a pris le futuriste italien au mot : cet ancien ingénieur en mécanique fabrique lui-même ses « drone machines », qu'il combine à la plate-forme arduino pour produire une musique industrielle, agressive, frontale, qui, si elle rappelle le doom comme certains des albums les plus brutaux de Ministry ou de Godflesh, est essentiellement mue par sa propre logique « mécaniste » d'expansion et d'expérimentation – donc d'immenses possibilités pour un des artistes les plus prolifiques du genre.