Logo Stereolux
sam. 18 sept. 2021 20H00

Para One · Catnapp · La Fraicheur & Véronique Lemonnier

14€
18.60€
guichet 20€
Merci de noter que cet événement ne se déroule pas à Stereolux mais au Warehouse, sur l’Île de Nantes (voir page “infos pratiques”).
Warehouse
Placement libre assis // Les personnes mineures devront être accompagnées d’un·e adulte.
20h00 à 23h00
Organisateur : Stereolux

Informations sur les soirées au Warehouse
Chat échaudé… vous connaissez la suite. Les soirées du 17 et 18 septembre au Warehouse sont mises en vente en jauge assise, en placement libre. Le nombre de places est donc très limité ! En fonction du contexte sanitaire, il est possible qu’elles passent en configuration debout.

Les conditions d’accès, notamment la nécessité de présenter un pass sanitaire, sont encore incertaines. Pour tout changement ultérieur dû à la réglementation qui sera en vigueur sur ces dates, les personnes ayant déjà acheté un billet seront prévenues par email, avec la possibilité de se faire rembourser selon les modalités indiquées.

Para One (FR)

Spectre (Live AV)

Ce Spectre-ci n'est pas l'abjecte organisation criminelle bien décidée à dominer le monde, et que James Bond est chargé par Sa Gracieuse Majesté, offusquée de ce sans-gêne, de dézinguer, mais le nom d'un concept sorti de l'imagination fertile de Para One. Concept sous forme de triptyque : à son premier long métrage, Sanity, Madness & Family, répond son nouvel album, Machines of Loving Grace, qui en est la bande-son et renvoie elle-même à son live Operations of the Machine. Un concept organiquement cohérent et ouvert, dont les sonorités, influencées par ses voyages, intègrent, outre les éléments propres à la techno et au hip-hop, des tambours tribaux et des chants polyphoniques, eux-mêmes à l'origine  des bandes-son de certains animés japonais révérés (tel l'incontournable et indépassable Ghost in the Shell, véritable épiphanie pour le producteur et réalisateur français). Quant au live AV, conçu en grande partie avec un synthétiseur vidéo, selon un système modulaire et traité numériquement, il représente une part essentielle de cette expérience multisensorielle.    

De l’aveu même de Para One, Spectre s'entend comme une émancipation vis-à-vis des automatismes de production et de création. C'est également une exploration de territoires intimes : un double mouvement introspectif aux allures de quête spirituelle (dont cet atrabilaire sanguin de Bond ferait bien de s'inspirer, plutôt que de tout défoncer sur son passage). 

Catnapp (AR)

(Live AV)

C'est à Berlin, terre d'élection des cultures électroniques, que la jeune DJ et productrice argentine Amparo Battaglia a posé ses valises. Grand bien lui fit, car elle y a signé son premier album, Break, sur Monkeytown Records, label de Moderat et de Modeselektor. 

En parfaite représentante de la génération milléniale, dont elle épouse les codes esthétiques et le goût de la représentation de soi, Catnapp fait preuve d'une souplesse créative, d'un aplomb et d'une aisance confondantes, procurant à ses compos une élasticité qui, pour capricieuse et capricante qu'elle puisse paraître au premier abord, n'en demeure pas moins homogène, structurée, volontaire. La dimension visuelle de ses sets, doublés d’un live AV, est à l’aune de cette dynamique créatrice : un système  de capture de lumière, auquel elle est reliée et qu’elle déclenche en fonction de ses mouvements, ajoute une dimension chorégraphique à l’ensemble. Fan de breakbeat et de drum & bass, auxquels elle insuffle l'énergie syncopée du hip-hop et la légèreté digitale de l'électropop, elle n'hésite pas non plus à poser sa voix dessus, faisant part de ses colères, de ses tourments, privilégiant l'émotion à l'efficacité – et rappelant de la sorte, à un monde affligé, que la musique est la meilleure des thérapies.

La Fraicheur & Véronique Lemonnier (FR)

(Live & Performance Danse)

Leur rencontre est l'illustration et la défense de la culture clubbing, trop souvent vilipendée et méprisée, commodément reléguée par les édiles de la culture au rang d'une sous-culture électronique quelque peu dénaturée – sans compter l'impact dévastateur de la récente période de confinement(s) sur les clubs (toujours fermés à l'heure où sont écrites ces lignes !). 

C'est (entre autres) pour lutter contre cette déconsidération que se sont associées la DJ et globe-trotteuse La Fraîcheur (ancienne résidente du Wilde Renate berlinois), et la performeuse et danseuse Véronique Lemonnier (qui a notamment travaillé pour Claude Brumachon). Quand la première n'hésite pas à mêler deep house, electronica et techno dans ses compos, la seconde explore les représentations du corps dans une démarche pluridisciplinaire hyper intuitive.  

Si le propos politique de leur performance est aussi évident que nécessaire, celle-ci (en partie improvisée) se veut, avant tout, une célébration des corps, des énergies collectives, du lâcher-prise – pour remettre de la musique dans les cœurs, refaire danser la vie, rouvrir les clubs.