Logo Stereolux

MAR. 4 déc. 20H30

Concert

OTZEKI + LENPARROT + CORPS

STEREOLUX Salle Micro Organisateur : Stereolux Electro Pop Placement libre debout
7€
11.60€
Tarif sur place 12€

Ce duo de cousins londoniens propose une electro épurée mais étrangement organique. Taillée pour le live, où ils excellent, leur musique est basée sur le rythme. Le Nantais Lenparrot exprime, d’une voix éthérée, une pop mélancolique avec une sensibilité à fleur de peau. Une soirée délicate comme des battements de cœur.

Otzeki (GB)

L'histoire débute dans un camping, il y a une poignée d'années de cela : Mike et Joel font leurs premières gammes en jouant du blues (mais ne disent pas si ça marche pour emballer) ; le blues, c'est sympa, mais les deux cousins préfèrent bientôt se gaver d'electro dans les clubs de Londres, à la fois pour ouvrir leurs chakras et pour parfaire leur éducation musicale. Seulement alors, ils décident de se lancer comme un seul homme (l'un aux claviers, l'autre à la guitare, ou l'inverse) et la fleur au fusil dans la merveilleuse aventure de la création musicale – grand bien leur en prend, car leurs deux premiers EP reçoivent, selon l'expression consacrée, un accueil, critique et public, unanime, de « très favorable » à « dithyrambique » : raison, qui en vaut largement une autre, pour enfoncer le clou avec Binary Childhood, premier album aux allures rêveuses, aux accents minimalistes et aux évidentes qualités mélodiques, d'electrop-indie-dream-pop désenchantée comme Mylène Farmer, mais pas abattue – écho d'un Royaume-Uni qui ne l'est plus tellement mais ne baisse pas les bras pour autant parce qu'on ne renonce pas quand on est le vainqueur de Trafalgar et qu'on a le plus beau tournoi de tennis au monde. Par contre, l'histoire ne dit pas non plus si l'electro c'est mieux que le blues pour emballer.

 

   

Lenparrot (Nantes)

Vous l’avez déjà croisé au sein des groupes Rhum For Pauline et Pegase, c’est en solo qu’il s’est faufilé dans le peloton de la scène pop française. Le Nantais a sorti son premier album fin 2017, une collection de chansons fascinantes et coquettes produites par Julien Gasc et mixées par Yuksek. Car lorsqu’il s’agit de s’entourer, le jeune homme sait y faire : les chanteuses Fishbach, Cléa Vincent, Michelle Blades et Juliette Armanet ont toutes prêté leur voix ! Romain Lallemant continue ainsi son bonhomme de chemin, exprimant une sensibilité exacerbée d’une voix claire et éthérée. Une voix profonde qui attrape, intrigue, et laisse tout de suite deviner, par de subtiles envolées, qu’elle est capable de monter bien haut. Ficelée à des instrumentations délicatement électro, mélancoliques et langoureuses, cette musique donne de douces envies de se lover…

CORPS (FR)

Entre synthwave, electro et chanson française, CORPS caresse autant qu’il agresse, les corps, tantôt tendus, tantôt perdus. Un hymne aux passions qui nous dévorent, aux pulsions qui nous entravent. A travers un premier 4 titres entre douceur et violence, où une voix quasi-monocorde affronte des synthétiseurs noirs, CORPS raconte les relations humaines dans ce qu’elles ont de plus sombres. L’amour, la violence, l’abandon, mais aussi le sexe sont les pierres angulaires de ces morceaux. Les textes parfois crus ou abstraits forment l’identité de CORPS : une poésie électronique scandée, susurrée, soutenue par des arrangements puissants et cadencés.