Logo Stereolux

JEU. 14 mai 20H30

Concert

Miossec et Michel Cloup Duo : à la ligne

salle Micro Organisateur : Stereolux Chanson Placement libre debout
17.60€
13€
Tarif sur place 18€

Quand deux figures de la scène française (Miossec et Michel Cloup Duo, ex Diabologum) s’associent pour faire vivre sur scène le premier roman puissant du breton Joseph Ponthus, on peut s’attendre à un spectacle politique et poétique.

Miossec et Michel Cloup Duo : A la ligne (FR)

Au départ c’est une proposition de carte blanche pour Michel Cloup par la boîte rennaise de création et diffusion la Station Service. Le Toulousain s'empare de À la ligne, objet littéraire multiprimé de Joseph Ponthus, à cheval entre roman, poésie et documentaire, qu'il met en musique avec son compère de duo Julien Rufié ; et, pour porter la parole forte, désespérément drolatique de ce texte, il fait appel au cap, au pic, au roc Miossec. Le résultat ? Un objet scénique hybride, entre lecture, chanson et expérimentation musicale – rappelons-nous que Michel Cloup est un ancien de Diabologum et d'Expérience... Une création, on l'aura compris, qui donc n'est pas destinée à y rester (dans les clous). 

Spectacle co-produit par la Station Service, La Carène et Stereolux.


En savoir plus sur la création : 

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs après un déménagement en Bretagne. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves. Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes.

A la ligne a obtenu à ce jour le Grand Prix RTL/Lire 2019, le Prix Régine Deforges 2019, le Prix Jean Amila-Meckert 2019, le Prix du Premier roman des lecteurs de la Ville de Paris 2019.

L’adaptation scénique de ce livre, écrit sans ponctuation, telle une longue litanie, sera précisément une recherche orale de cette humanité à travers la mélodie, au delà d’un rythme, souvent mécanique, imposé par le travail à la chaîne et la tentative de s’en échapper.

À mi-chemin entre lecture et chanson, la musique orchestrant ce combat « humain contre homme-machine » sera naturellement rock (au sens le plus large) et électronique.