Logo Stereolux

jeu. 22 sept. 2016 20H00

SCOPITONE Concert

Les Fils du Calvaire - Bagarre - Voyov

Le Ferrailleur

20h - 2h Le Ferrailleur Organisateur : Stereolux Electro Nuit Pop Scopitone
Terminé

Les Fils du Calvaire (FR) - 21h45

L’aventure est désormais gravée dans le marbre : Jo, Damien et Clément sont déjà au tome 2 de leur carrière, puisque le premier album des Fils du Calvaire marque leur second avènement, après celui de dOP, composé des trois mêmes énergumènes. Dans ces deux projets, on retrouve des habitudes (bonnes à garder) : sens du groove, profondeur des instrus, sens de la dérision on ne peut plus sérieux et surtout une classe infinie.

Il y a fort à parier que les fulgurances “dOPiennes” en concert nourrissent également les folies vocales de Jo et de ses deux compagnons de calvaire.

Bagarre (FR) - 23h

Bagarre pour lutte d’influences, pour casser les frontières, pour se faire entendre, pour exister. Electro, punk, new wave, glam, hip-hop ? On ne saurait pas bien dire, et au fond on s’en fout ! Puisant dans l'anarchie musicale d'Internet pour façonner une musique sans limites de styles ni d'époques, la bande organise un joyeux chaos, grave et festif à la fois.

Chez Bagarre, pas de leader, le micro passe de main en main, pour nous conter, avec des mots imagés et crus, des histoires en français. Et si Bagarre prône le mélange des genres – masculin et féminin, ghetto house et chanson française, jusqu'à s'essayer à une mélancolie orientale version dancefloor –, c'est pour mieux (ré)inventer « sa » musique de club, une musique pop et futuriste, qui cogne juste et fort.

Voyov (FR) - 20h45

ll aura fallu du temps à Thibaud Vanhooland. Du temps pour façonner, avec la patience d'un orfèvre, quelques chansons. Les siennes. Du temps pour mener et ne plus suivre. Inventer sa cour de récréation. Avec, dans ses valises, les années passées aux côtés d'Elephanz, Pegase et Rhum for Pauline.

C'est sous l'alias VoYov que Thibaud prend désormais la route, en français dans le texte et avec des guitares rêveuses, enrobées dans une electro soyeuse. Les Soirées, son premier titre, résonne comme un carton d'invitation sur lequel on s'attarde, séduit, dans l'attente de recevoir le prochain.