Logo Stereolux
Gratuit carte

MAR. 19 mai 20H30

Concert

L.A. Witch + Dewaere + 1ere partie

salle Micro Organisateur : Stereolux Garage Post-punk Placement libre debout
10.60€
0€
Tarif sur place 11€

C’est l’axe Los Angeles-Saint-Brieuc (et oui !) que Stereolux vous fait découvrir. Soit le meilleur du garage-psyché féminin américain avec L.A. Witch et le nom que tout amateur de post-punk furieux a sur les lèvres, les Bretons de Dewaere. Un voyage délicieusement chaotique et bruyant.

L.A. Witch (US)

On trouve de tout à Los Angeles : des vampires, des zombies, des flics véreux, des surfeurs bodybuildés, des toxicos à la pelle, des milliardaires cacochymes, des clandestins miséreux, des cinéastes mégalos, des palmiers, des fantômes d'indiens tongvas dont on a massacré les cimetières après les avoir massacrés, eux, des gangs et des ghettos, des fous de dieu... Un pandémonium, une Babylone pré-apocalyptique pour beaucoup, mais dans laquelle certains évoluent comme dans leur milieu naturel. C'est le cas de L.A. Witch, combo féminin de cuir et de khôl, en mode commando basse-batterie-guitare, qui convoque les mânes du Gun Club, plonge sa country-psych-garage dans des chaudrons de noirceur, compose la B.O. vicieuse d'un film rêvé, entre Tarantino et Lynch, une nuit de cauchemars : la promesse d'un sabbat.

Dewaere (Fr)

C'est une histoire briochine – comprenez par là que tout se joue autour de Saint-Brieuc : deux Briochins, las de jouer de l'electro-rock au sein de leur combo Rafale, décident, avec un autre Briochin qui, lui, était davantage black metal, de former un nouveau groupe – las ! Il leur manque un chanteur ; heureux hasard des rencontres, ils tombent alors, dans une salle de concert briochine, sur un non-Briochin (puisqu'il est Australien) venu s'installer à Saint-Brieuc avec sa tendre Briochine. Dewaere est né – hommage à un autre Briochin, hélas aujourd'hui disparu. Mais si ces quatre-là sont de bonnes pâtes, leur musique n'évoque pas la mie moelleuse, loin s'en faut : ça hurle, ça cogne, ça distord – du noise brut de décoffrage, mâtiné de (post-)punk ; c'est plein de fureur et de folie – comme le défunt Briochin éponyme, qui allait de coups de tête en séries noires. Alors, suivez le conseil de Marie-Antoinette (qui, elle aussi, savait parler à son bon peuple) : mangez de la brioche !