Logo Stereolux
ven. 06 nov. 2020 20H30

Invisible Line - The Green Line Marching Band + Toro Seduto

Annulé
En fonction de l'évolution des conditions sanitaires, ce spectacle est susceptible de modification.
STEREOLUX Salle Maxi
Placement libre tout assis - Ce concert vous sera présenté dans un format cabaret : attablé·e avec vos proches dans une salle à la configuration chaleureuse, vous pourrez profiter du spectacle tout en buvant un verre.
Organisateur : Stereolux

Avant votre venue, pensez à consulter nos conditions d'accueil
conditions accueil


Initialement prévu sur le temps fort Invisibles (mars 2020) mais malheureusement annulé pour cause de confinement, vous pourrez enfin découvrir ces deux projets nantais. 

INVISIBLE LINE aka THE GREEN LINE MARCHING BAND (FR - Nantes)

composé de membres de Von Pariahs / French Cowboy / Blond Neil Young / Tonus / Albinos Congo / Mickaell Peels / Happier....

On vend la mèche ! The Invisible Line, projet surprise proposé dans le cadre de notre temps fort IN·VISIBLE(S) en mars dernier (quelque peu perturbé par un virus alors en plein expansion), est The Green Line Marching Band. Dans un contexte pareil on ne souhaitait pas qu'il reste invisible plus longtemps !

On retrouvera donc le 6 novembre prochain, le célèbre marching band de Nantes - formé lors du Voyage à Nantes 2019 - sur la scène de la salle Maxi. Composé de membres de Von Pariahs, French Cowboy, Blond Neil Young, Tonus, Mickael Peels, Albinos Congo, ce combo rempli de musiciens d’expériences interpréteront à leur manière des standards rock : Stooges, Rage Against The Machine, The Clash, Beastie Boys, The Strokes et plein d'autres pour un concert qui promet d'être intense. 

Qu'elle soit invisible ou verte, on les suit, point à la ligne !
 

TORO SEDUTO (FR - Nantes)

Quand French Cowboy devient une affaire de famille. Federico Pellegrini aka French Cowboy et sa fille aka Supermodel, quelque chose entre French Model et Supercowboy. Et c’est dans un format pour le moins mystérieux que ce projet se dévoilera...

"On compose tous les deux des chansons, ensuite on se les fait écouter et quand on les aime bien, on les met sur la liste. On se dit qu'on les essaiera. Qu'elles ont leur chance. Du potentiel. Avant le confinement, on était partis sur quelque chose de plutôt electro. Electro pourrie, mais quand-même, une certaine idée de l'électro. Et puis les évènements, les pandémies... on les a réarrangées, comme une séance de rattrapage, boîte à rythmes, guitare, clavier. On s'est dit qu'on pouvait faire mieux, qu'on peut toujours faire mieux, que c'était un test. Finalement, on n'a jamais autant travaillé. Si ça continue on va devenir un groupe, qui sait ? Ça s'est déjà vu.

Toro Seduto, c'est le nom qu'avait donné mon père à une figurine en plastique qu'il m'avait offerte quand j'étais petit. Il m'a fallu du temps avant de réaliser qu'en français, ça voulait dire taureau assis. Et seulement très récemment, j'ai fait le rapprochement avec sitting bull. Comme quoi. C'est notre nom provisoire, tant qu'on n'est pas un groupe..."