Logo Stereolux
Terminé

JEU. 8 mars 20H30

Concert

FESTIVAL HIP OPSESSION : BUZZ BOOSTER

Kacem Wapalek + Kael + Odor + Rout’s Wayne

STEREOLUX Salle Micro Organisateur : Pick-Up Festival Hip hop Rap

Prévente 17.00€
Tarid adhérent Pick Up 14.00€

KACEM WAPALEK (FR)

Le Wapalek est un animal espiègle tacheté, à poils et à plumes, à la queue démesurément longue vivant dans des contrées lointaines et mystérieuses. Pour survivre, il fait la chasse aux rimes riches, fruits qu’il cueille à la cime des arbres grâce à une géniale logique et une vivacité qui font de lui une créature insaisissable. Il se déplace de manière furtive, en équilibre sur une corde de guitare ou bondissant de branche en branche musicale avec souplesse et mélodie. Bête libre et unique, il fut jadis membre de la meute lyonnaise de l’Animalerie pendant quelques années avant de retrouver les routes en solo. Certaines nuits de pleine lune, on peut l’entendre se poster au sommet des hauts plateaux pour communiquer avec ses congénères grâce à son timbre de voix léché. C’est à cette occasion qu’il se transforme en un MC, chanteur et compositeur hors-pair, auteur de freestyles vidéo anthologiques et de l’album Je vous salis ma rue, produit par Guts. Ne pas donner à manger avant minuit.

KAEL (FR)

Rap honnête et sans manière pour Kael, qui se refuse à singer les grands frères américains dans la langue de Solaar. Alors qu’il fait se côtoyer Jean Racine, Eric Abidal ou Denzel Washington dans ses histoires, le trentenaire évoluant entre Nantes, Rennes et Paris arrose discrètement l’Internet de morceaux et vidéos depuis l’orée 2017. À travers une musique libre, Kael évoque ses inspirations lorgnant sur la chanson française, le hip hop et la pop anglo- saxonne, esthétique avec laquelle il s’acoquinera volontiers par la suite des opérations. Avec l’EP Mirages, il délivre un rap lucide et désabusé, chanté par instants, sansdéfaut d’ornements inutiles, d’une simplicité efficace et attachante.

ODOR (FR)

Difficile de passer six saisons à ne savoir prononcer que son prénom. Heureusement que le rappeur angevin, contrairement au géant de l’univers de George R.R Martin, sait s’ouvrir des portes. Membre du label Cool.Calm.Collect/Good Revenge Uptown et du collectif Pen Soul Case, Odor peaufine sa technique jusqu’à délivrer en 2017 le projet 350 en collaboration avec le producteur Laws Laflemme. De rappeur-souncloud à performeur scénique, Odor passe le cap, explosif, fin et précis comme la fléchette. Inspiré de cracheurs de feu et d’acrobates tels qu’A.chal, Manu Crook$ ou encore Makala, il fait office de nouvelle figure provinciale d’une génération en perpétuel renouvellement.

ROUT’S WAYNE (FR)

À force de voir Juninho marquer des coups francs de 40 mètres, Rout’s, éternel fan de l’Olympique Lyonnais, s'entraîne nuit et jour pour gagner en précision. Il finit par abandonner toute ambition footbalistique et se réfugie dans la confection de rimes et de flows. D’abord au sein du trio nantais Pacta Verba, au cours d’open-mics endiablés, puis le temps d’un projet avec son pote Larim’, Rout’s (devenu) Wayne met à l’épreuve une solide technique et une écriture brossée. Un style stratosphérique, à force d’essayer de dépasser le mur adverse, inspiré des meilleurs limiers du genre, entre l’imagination du rap de gangster et la sobriété intimiste d’un type comme vous et moi. En concert dans tous les city-stades du coin.