Logo Stereolux

Programmation nuit

« Il n'est si beau jour qui n'amène sa nuit », comme dit très justement le proverbe. C'est fort de cette poétique vérité que Scopitone propose trois soirées d'effervescence, entre concerts, DJ sets et performances. Un tourbillon de propositions artistiques et musicales, téméraires et débridées.

Around the world

Pour cette nouvelle édition, Scopitone s'en est allé musarder aux quatre coins du globe pour en ramener les sons les plus excitants du moment : une programmation pointue pour public curieux. Si la scène européenne est largement représentée (les Norvégiens André Bratten et Lindstrøm, les Espagnols Pional et Golden Bug, l'Italien Rodion, les Allemandes...), celle des États-Unis ne l'est pas moins (Mykki Blanco, Powell), sans compter les échappées belles en provenance d'Afrique du Sud (Batuk) ou du pays des caribous avec le retour du très attendu duo MSTRKRFT. Les Français ne sont pas en reste, avec le gourou Agoria et une nouvelle horde barbare : N'to, Les Fils du Calvaire, l'incasable Jacques, Club Cheval, Bagarre...

Girl power et manifeste de la jeunesse

La scène electro féminine est à l'honneur, qui marquera le festival de son empreinte : ainsi de la techno froide et ténébreuse de Paula Temple, d'Helena Hauff, de Charlotte de Witte ou encore d'Ann Clue, aussi efficaces que radicales. Une radicalité qui sied parfaitement à la jeunesse d'une foule d'artistes présentés cette année, dont certains n'ont même encore rien publié – mais, c'est bien connu, la valeur n'attend pas le nombre des années : citons Comah, Stereoclip, Danny Daze, Perturbator, Molecule, ou encore le next big thing Petit Biscuit.

Vos nuits seront aussi belles que vos jours

Point d'orgue du festival, les Nuits électros se parent cette année de nouveaux atours – et Scopitone de poursuivre sa révolution tranquille. Après la « silent party » de la précédente édition, le festival invente « la Boîte » : les Nefs seront habillées de pendrillons matelassés atténuant le son, et recouvertes d'un système lumineux en suspension. Les salles Maxi et Micro de Stereolux bénéficieront également de scénographies inédites (dont un dispositif d'écrans à 360 degrés). Du son plein la vue en somme !
La performance Ljøs, du collectif italien fuse*, mêlant danse et vidéo, ouvrira le festival, qui s'achèvera par une autre performance, In Code, acmé de musique contemporaine ; dans l'intervalle, l'Homo Scopitonus aura goûté aux multiples opportunités de son périple numérique, en songeant – déjà – à Scopitone 2017.